L’évêque de Scranton tire le canon 810 contre les universités catholiques du diocèse

Download PDF

Samedi dernier, je vous signalais ici un autre scandale dans une université catholique,
celle de St. Joe’s, un scandale doublé d’un autre : la déclaration de la directrice des services de santé de l’université, Laura Hurst. Dans un article publié le 25 mars dans le
magazine du college, The Hawk (The Hawk – le faucon – ou The Hawks – les faucons – sont les surnoms de l’université), elle qualifiait de « chance » le
fait que, cette université se trouvant en milieu urbain, il était très facile aux étudiants de se procurer des préservatifs à proximité de leur campus, et qu’ainsi St. Joe’s était à cheval
entre la doctrine de l’Église et les exigences de santé de ses étudiants… Cette déclaration peu en phase avec l’enseignement moral de l’Église, a fait sortir de leurs gonds Mgr Joseph F.
Martino
, évêque de Scranton (Pennsylvanie), et de son auxiliaire Mgr John M. Dougherty, lequel Mgr Martino est déjà en conflit avec une université catholique de son diocèse, la
Misericordia University (voir ici et ).
Mercredi dernier, l’évêque et son auxiliaire ont envoyé une lettre comminatoire aux présidents des quatre établissements catholiques d’enseignement supérieur de leur diocèse : le King’s
College
, Misericordia University, Marywood University et University of Scranton, pour « s’assurer qu’une pratique [n’y] existe pouvant être en violation de
l’enseignement catholique »
. Les deux évêques exigent de ces établissements qu’ils leur fournissent « toute documentation disponible indiquant les politiques, procédures ou pratiques
autorisées par [ces établissements] relatives à la fourniture des soins destinés aux étudiants (…) Cette demande est faite en conformité à la norme du canon 810 § 2 du Code de droit canonique. Ce
canon précise le devoir et le droit des évêques diocésains concernés de veiller à ce que les principes de la doctrine catholique soient fidèlement gardés dans les universités catholiques »
.
Un “coup de canon” contre les distributeurs de préservatifs !
Surpris par la demande, les quatre présidents se sont précipitamment rencontrés ce week-end pour mettre au point une réponse commune qui devrait être diffusée aujourd’hui. J’ai grand hâte de lire
ce morceau de prose contorsionniste…