La dernière des Jésuites américains. Et celle-là, elle est forte !

Download PDF

Dans la série « Je suis Jésuite, mais je ne me soigne pas », en voici une bien bonne…
On pouvait lire jeudi dernier dans les nouvelles brèves publiées sur le site de la Marquette University de Milwaukee (Wisconsin), une université jésuite fondée en 1881, la chose suivante :

  • « Le président de Marquette, [le P.] Robert A. Wild, S.J., a ordonné au département des ressources humaines [de l’université] d’inclure dans les bénéficiaires du contrat d’assurance maladie de l’université les “conjoints de fait déclarés”, à compter du 1er janvier 2012.
  • Le P. Wild a déclaré que c’était une question à laquelle il avait réfléchi ces dernières années. “Si nous entendons être vraiment pastoral dans notre application du principe jésuite de la cura personalis [le souci de chaque personne] je me suis demandé si je pouvais le concilier avec le refus d’accorder le bénéfice des prestations maladie à un couple qui a légalement déclaré son engagement réciproque”. Il a fait observer que l’État du Wisconsin accorde une reconnaissance légale au mariage de couples hétérosexuels comme aux conjoints de faits déclarés pour les couples de même sexe. »

Ainsi, et à partir du 1er janvier 2012, le (ou la) “partenaire” d’un (ou d’une) employé(e), pourvu, est-il précisé, qu’il (ou elle) « soit de même sexe » que le (ou la) bénéficiaire du contrat d’assurance maladie de tout salarié de l’université, se verra ouvrir les droits à cette assurance maladie.
La chose se termine ainsi :

  • « Le P. Wild a précisé que les groupements d’étudiants et d’employés avaient déjà demandé l’extension du champ d’application des prestations, et tout récemment dans une résolution votée le 21 février par le Sénat académique de l’Université  et par une recommandation approuvée par le Gouvernement étudiant [Student Government] de l’Université de Marquette le 3 mars. Il a en outre précisé qu’il avait discuté de sa décision avec les administrateurs, y compris avec le P. Scott Pilarz, S.J., président entrant de Marquette. »

Quand la cura personalis entre en concubinage avec la “démocratie” universitaire, il faut décidément s’attendre à tout. Et à n’importe quoi.
Qu’en pensez-vous ?

9 comments

  1. Michel

    Où il est une fois de plus démontré que la liberté morale (licence) est la conséquence naturelle et obligée de la liberté religieuse, enfant monstrueux du concile, autrement dit que le relativisme moral découle logiquement du relativisme doctrinal introduit dans l’Eglise par Vatican II : telle est la véritable “herméneutique de la continuité” !

    • Tintoun

      Les apôtres eux-mêmes n’étaient pas parfaits et si vous êtes comme cela vis à vis de l’Eglise, ne croyez pas que vous auriez été bien différent du temps du Christ. Vous vous laissez impressionner de peu de chose pour perdre la Foi.
      C’est dommage, votre fougue et votre pugnacité seraient tellement plus utiles dans l’Eglise !

  2. soha

    échangeant avec un viel ami panthésite, je lui dis ma consternationd evant la confusion intra- comme extra-ecclésiale…Il me dit sans mabages” mais la confusion,c ‘est la liberté”! ce qui rejoint Michel, a

  3. klenik

    des annees de reflexions pour adopter une mauvaise decision..
    apres une Priere pour le Saint Pere, la priere, que nous recitons dans mon groupe de Prieres, est un peu longue, mais n’oublie aucun de nos pretres
    PRIERE POUR LES PRETRES

    Dieu tout-puissant et éternel,
    daignez regarder le visage de votre Christ,
    l’éternel Souverain Prêtre
    et par amour pour Lui,
    ayez pitié de vos prêtres.

    Souvenez-vous, Ô Dieu miséricordieux,
    qu’ils ne sont que de faibles et fragiles créatures.
    Maintenez vivant en eux le feu de votre amour.
    Gardez-les près de vous
    pour que l’ennemi ne prévale pas contre eux
    et pour qu’ils ne soient jamais indignes de leur sublime vocation.

    Ô Jésus ! Je vous prie pour vos prêtres fidèles et fervents ;
    pour vos prêtres tièdes et infidèles ;
    pour vos prêtres qui travaillent proches de nous ou dans les missions lointaines ;
    pour vos prêtres qui subissent la tentation ;
    pour vos prêtres qui souffrent de la solitude et du délaissement ;
    pour vos jeunes prêtres, pour vos prêtres âgés ;
    pour vos prêtres infirmes ;
    pour vos prêtres agonisants ;
    pour les âmes de vos prêtres qui souffrent dans le purgatoire.

    Mais surtout, je vous recommande les prêtres qui me sont les plus chers :
    le prêtre qui m’a baptisé,
    ceux qui m’ont absous de mes péchés :
    les prêtres aux messes desquels j’ai assisté
    et qui m’ont donné votre Corps et votre Sang dans la Sainte Communion ;
    les prêtres qui m’ont enseigné et instruit, m’ont encouragé et conseillé ;
    tous les prêtres auxquels me lie une dette de gratitude.
    Ô Jésus ! Gardez-les près de votre Coeur
    et accordez-leur d’abondantes bénédictions pour le temps et pour l’éternité.

    Ainsi soit-il !

    Cardinal Mundelein, Archevêque de Chicago (1872-1939).

  4. John

    Voilà bien le moyen d’attirer des candidats homosexuels pour emploi sur le campus. Déjà que, dans les institutions catholiques comme dans d’autres, ils ont tôt fait de se constituer en réseau pour noyauter les instances responsables (avec pour résultat, par exemple, les sommes mirobolantes que doit maintenant débourser la province jésuite de l’Oregon…); le R.P. Wild leur a envoyé une invitation personnelle! Et bonne chance à son successeur orthodoxe éventuel, pour redresser la barre: difficile de remettre la pâte dentifrice dans le tube une fois qu’on l’en a sorti!

    Marquette: encore une institution à fermer, comme le dernier séminaire irlandais d’après certains rumeurs non encore avérées.

  5. Charles ED Durand

    Merci à Klénis, car j’ai imprimé la prière pour les prêtres. La liberté de choisir entre le bien et le mal est depuis le péché originel inscrit dans l’homme depuis le choix d’Ève et d’Adam de manger du fruit de l’Arbre de la connaissance.
    Nous le rapelle le psaume 50 : . Le Concile ne confond pas liberté religieuse et liberté de conscience. Il rapelle que tous, quelque soit sa religion ou sa philosophie a le droit inaliénable voulu par le Créateur de pratiquer librement sa religion. J’évoque ici les temps apostoliques. Les premiers chrétiens justement furent victimes d’ostracisme et persécutés car ils étaient disciples et témoins du Christ donc membres du corps mystique qu’est l’Église du Christ. Ils ont donné leur vie par amour du Christ et de leurs frères en humanité. Ils ne se sont pas donné la mort ni courru après le martyr ce n’est pas l’enseignemnt de l’Église et en ce sens Vatican II ne l’a que rappelé. Les progressistes semblent l’avoir oublié et ce sont eux qui extrapolent sur la liberté de conscience et introduisent le relativisme et réduisent le don de l’Amour et abolissent la liberté de choisir de chaque créature entre le mal et le bien. L’homme n’est pas une fatalité il a été créé à l’image de Dieu. Le Créateur dans son amour a donné à l’homme la liberté de ses choix, il le voulait responsable et non le déresponsabiliser comme la psychologie moderne tente de le prétendre. En effet certains progressistes ont choisi la rupture et la cassure de la continuité et oublié que le Christ a confié à ses disciples ce mandat d’être ses témoins, c’est toujours cette mission initiale confiée par le Christ qui s’adresse aux disciples de tous les temps, lire Matthieu 28, 18-20.
    Ces jésuites américains défient le Magistère et le dépot de la Foi et trahissent l’oeuvre de saint Ignace de Loyola qui a fondé sa compagnie en rassemblant des hommes désireux d’être de valeureux compagnons de Jésus.
    Ceux dont on parle sont comme nous tous des pécheurs. Sans doute sensibles aux sirènes du monde ces prêtres ne savent résister aux modes qui trottent dans ce monde du consumérisme et s’engluent dans un monde des ténèbres et du relativisme. Vatican II n’a pas introduit le relativisme morale. Le Credo est le même. Le pape le plus cité dans les textex conciliaires est Pie XII.
    Notre devoir de fidèles est de prier pour tous les prêtres. Gardons-nous de nous inspirer des progressistes qui triturent Vatican II pour lui faire dire ce que les Pères n’ont pas dit ni voulu. Vous vous situer, ce faisant, sur le même registre que ceux qui parlent de l’esprit de Vatican II. Vatican II est pastorale et non dogmatique. Pour la première fois il n’y avait pas de clés de lecture voilà son défaut. Ce que Jean-Paul II et plus fermement et constance Benoît XVI tous deux rappellent avec sagesse et courage. Benoît XVI parle de l’herméneutique de la continuité et si il en est un qui dénonce le relativisme et le nihilisme c’est bien le Vicaire du Christ.
    Chers amis! Prions pour nos prêtres et Pasteurs cela vaudra mieux.

  6. Michel

    Si les “jésuites américains défient le Magistère et le dépôt de la Foi et trahissent l’œuvre de saint Ignace de Loyola”, c’est bien parce qu’il y a eu auparavant un concile “pastoral et non dogmatique” : n’ayant porté aucune condamnation, à la différence de TOUS les précédents, Vatican II a bien ouvert la boîte de Pandore, sapant toute autorité à l’intérieur de l’Eglise et laissant libre cours à toutes les dérives : tels sont les faits, telle est la vérité historique, que cela plaise ou non. Et ne pas le reconnaître, c’est nier les causes du mal, c’est donc finalement refuser tout remède à la crise de l’Eglise …

    • Tintoun

      Faites attention, vous ne vous en êtes peut-être pas aperçu, mais vous avez tendance à faire du travail de sape contre l’Eglise. Et ce en ayant la meilleure intention du monde. Décidément, c’est bien vrai : l’Enfer est pavé de bonnes intentions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *