Notre Dame University : un dixième évêque condamne. Cinglant !

Download PDF

Le site NotreDameScandal237 732 protestations enregistrées à l’heure où j’écris ces lignes –
vient de rendre publique, à la demande du signataire, une lettre datée du 31 mars, que Mgr Thomas G. Doran, évêque de Rockford (Illinois) a adressée au P. Jenkins, président de
Notre Dame. Elle est tellement cinglante que je crois intéressant de vous en fournir la traduction :

« Cher président Jenkins,
je veux exprimer en mon nom propre et au nom de la communauté catholique de ce diocèse, la consternation et le scandale que provoque votre décision d’inviter l’actuel Président des États-Unis à
s’adresser à la promotion 2009 de l’Université de Notre Dame, et à recevoir un doctorat honoris causa.
Votre décision est un défi à la directive donnée par la Conférence des évêques catholiques des États-Unis en 2004, et qui précise que les institutions catholiques ne doivent rendre aucun honneur
à ceux qui professent leur opposition à la doctrine de l’Église sur l’avortement et la recherche sur les cellules souches embryonnaires.
Je vous demande d’annuler cette décision malheureuse afin d’éviter
que les catholiques
pratiquants des États-Unis, y compris ceux de ce diocèse, soient déshonorés. À défaut de cela, vous voudrez bien avoir la décence de changer le nom de cette Université en quelque chose comme «
College du Combattant Irlandais » ou « Université Humaniste du Nord-Ouest de l’Indiana ». Encore que la promotion de l’obscénité [1] ne vous soit pas étrangère, je voudrais souligner que c’est de
votre part une authentique obscénité que d’avoir pris une telle décision pour une université qui porte le nom de la Bienheureuse Vierge Marie que le second Concile du Vatican a qualifié de Mère
de l’Église.
Et je signe de mon nom,
Sincèrement vôtre, etc… ».

Mgr Doran est le dixième évêque, à ma connaissance, à dénoncer ce scandale dont je vous ai alerté ici dès le 23 mars. Il y en aura d’autres…

1. Allusion au fait que le P. Jenkins avait autorisé, en mars dernier, des représentations de la pièce obscène Les monologues du vagin sur le
campus de l’université, et  à ce que j’ai rapporté ici le 9 mai 2007.