Santa Fe : les établissements catholiques qui oublient leur identité sont condamnés à disparaître

Download PDF

Fondés en 1684 par saint Jean-Baptiste de La Salle, les Frères des écoles chrétiennes (ou Lassalliens) ont édifié une œuvre d’éducation catholique originale destinée
notamment aux plus pauvres. Les Lassaliens français arrivèrent aux États-Unis, à Baltimore, en 1846. Ils constituèrent différents districts Baltimore (24 maisons d’éducation), New York (38
maisons), Saint Louis (19 maisons). Ce dernier district étendit son rayonnement jusqu’à Santa Fé au Nouveau Mexique, ville où les Lassalliens créèrent, en 1859, un « College », autrement
dit un établissement d’enseignement supérieur qui progressivement se spécialisa dans l’enseignement des arts mais finit par oublier ses origines et son identité catholiques. 150 ans après sa
création, le College of Santa Fe, grevé de 35 millions de dollars de dettes et donc en faillite, va être rachetée par l’État du Nouveau Mexique par le truchement de la New Mexico
Highlands University
, l’université d’État qui en fera un enième établissement laïc où s’enseigneront les “affaires” et l’activisme social. Voilà ce qui arrive à des établissements catholiques
quand ils “oublient” leur identité catholique. C’est ce que souligne, avec amertume, Patrick Reilly, le président de la Cardinal Newman Society, une valeureuse association qui lutte
pour le maintien de l’identité catholique de l’enseignement supérieur catholique. « Au cours des dernières décennies, rappelle Patrick Reilly, le College of Santa Fe s’est
considérablement éloigné d’une identité catholique visible, alors même que sa santé financière déclinait. Les institutions catholiques qui veulent demeurer compétitives dans un contexte
économique déprimé, doivent proposer à leurs étudiants une authentique identité catholique, quelque chose d’unique et de valeur. Puisse cet événement sonner le réveil de tous les établissements
d’enseignements supérieurs et universités catholiques qui n’ont d’intérêt que pour l’étiquette religieuse »
. Et il y en a. Hélas !

2 comments