Scranton : l’évêque exige de l’université Misericordia la fermeture de son Institut de la Diversité

Download PDF

Je vous avais prévenus que c’était une affaire à suivre… Les plus attentifs des consulteurs de ce blogue se souviendront de la controverse qui a opposé, le mois dernier Mgr Joseph Martino
(photo), évêque de Scranton (Pennsylvanie), à l’université catholique du diocèse, Misericorda, du fait de l’invitation par l’Institut de la
Diversité de cette dernière d’un propagandiste du mode de vie et du “mariage” homosexuels. Les nouveaux venus sur ce blogue en trouveront l’histoire ici, encore que mon article ait été très largement repris par de nombreux sites (dont un au
Québec…

) et reproduit dans Les 4 Vérités Hebdo (n°
681 du 6 mars).
Qualifié de « scandale » par l’évêché, l’événement accompli avait poussé l’évêque à « demander » à Misericordia d’envisager la fermeture de son Institut de la
Diversité
, demande que l’université avait “dégagé en touche” en déclarant, le 24 février, souhaiter plutôt « avoir la possibilité de discuter de ces problèmes avec l’évêque ou ses
délégués »
dès que la chose serait possible.
Elle ne le sera pas. Elle ne le sera peut-être même jamais, car le diocèse a fait savoir le 18 mars qu’il ne recevra pas les responsables de Misericordia tant que cette université n’aura
pas répondu à la double demande de l’évêque : démontrer que Misericordia enseigne bien la morale catholique en matière de sexualité et fermer son Institut de la Diversité. Une exigence
tout à fait légitime puisque l’évêque (dont l’origine grecque du mot, episkopos, traduit bien la fonction de surveillance) possède, aux termes du droit canon, il est de sa responsabilité
d’évaluer et de déterminer la manière dont les institutions catholiques de son diocèse maintiennent les principes d’une authentique identité catholique.
Mgr Martino me devient de plus en plus sympathique. Et pour vous ?

2 comments

  1. Durand Charles ÉD.

    Merci pour le suivit. Depuis l’arrivée de Benoît XVI sur le siège de Pierre, les Évêques des É.U. se mobilisent et ne craignent pas confronter ceux qui se disent catholiques et agissent en païens. Non seulement Mgr Martino les dénonce mais demande obéissance. Lui sait qu’il devra répondre de son action dans son diocèse au Christ dont il est la figure paternel. Il est le pasteur qui doit guider le peuple de Dieu. Bravo Monseigneur et tenez ferme.