University of Notre Dame : les incohérences du Père John Jenkins…

Download PDF

Le Père John Jenkins, président de Notre Dame ne manque ni de culot, ni d’audace ni d’impertinence… Celui qui est à l’origine du plus grand scandale que cette université (ci-devant
?) catholique ait connu depuis sa fondation par notre compatriote le Père Édouard Sorin en 1842, en invitant Obama a venir prononcer la commencement address lors de la
remise des diplômes de cette année, et en lui octroyant un doctorat honoris causa (mais si, mais si…), annonce une démarche personnelle pro-vie sensationnelle !
Dans une lettre qu’il vient d’adresser aux « chers membres de la famille de Notre Dame » 1, le Père Jenkins annonce à ses correspondants son initiative. Je ne traduis
que les deux premiers paragraphes. Les voici :

« À l’issue des discussions vigoureuses qui ont entouré la visite du Président Obama au printemps dernier, j’ai déclaré que nous devrions chercher des voies pour que Notre Dame
s’engage sur les problèmes soulevés, mais d’une manière priante et significative. Alors que notre nation poursuit son débat sur la moralité et la légalité de l’avortement, de la recherche sur les
cellules souches embryonnaires et autres questions liées, nous devons faire des pas pour témoigner du caractère sacré de la vie. Je vous écris aujourd’hui sur quelques initiatives que nous
envisageons.
Chaque année, le 22 janvier, jour anniversaire de la décision Roe vs. Wade de la Cour suprême, une Marche pour la Vie se déroule à Washington (D.C.) pour appeler la nation à
défendre le droit à la vie. J’envisage de participer à cette marche. J’invite tous les membres de la famille de Notre Dame à se joindre à moi et j’espère que nous pourrons nous rassembler
lors d’une Messe pour la Vie pendant cet événement. J’annoncerai les détails pratiques à mesure que la date se rapprochera. »

Évidemment, et ce sera là ma première remarque, des membres de la « famille de Notre Dame » n’ont pas attendu « l’invitation » du Père Jenkins pour se rendre à cette
Marche à laquelle, et à ma connaissance, le président de Notre Dame, ès qualité, n’a jamais participé !
Mais, deuxième remarque, le Père Jenkins, dans sa maladroite entreprise de récupération, manque de la plus élémentaire des cohérences.
Il a bien raison de signaler l’abominable arrêt Roe vs. Wade de 1973. Mais qui est la Jane Roe de cet arrêt ? C’est Norma McCorvey que les sbires du Père Jenkins ont
arrêtée sur le campus de Notre Dame alors qu’elle manifestait pacifiquement contre la volonté pertinace de Jenkins d’y faire venir Obama (voir ici et ), et qui est poursuivie devant les tribunaux, avec 87 autres militants pro-vie, à
la demande du même Jenkins (voir ici) qui ne veut à aucun prix abandonner ses poursuites malgré tous les appels à la
clémence qui lui ont été adressés…
De deux choses l’une : soit le Père Jenkins n’a plus toute sa tête, soit il se moque du monde. Dans un cas comme dans l’autre il est incapable ou indigne (selon ce qu’on en jugera) de
présider aux destinées de cette prestigieuse université désormais oublieuse, à cause de lui, de son identité catholique.

P.S. : comme le Père Jenkins s’adresse aux « chers membres de la famille de Notre Dame » et que désormais le
docteur honoris causa Obama en fait partie, je veux croire que Jenkins n’aura pas oublié d’adresser sa circulaire à l’actuel locataire de la Maison Blanche et qu’il
insistera auprès de lui pour qu’il se joigne aux marcheurs pour la Vie de Washington – it’s a joke folks ! – avec autant d’opiniâtreté qu’il a mis à en imposer la venue à Notre
Dame

1. L’intégralité de cette lettre a été publiée sur le site d’American Papist le 17 septembre et de large extraits dans une dépêche de LifeSiteNews de
la veille, ce qui permet de dater cette missive autour du 15 septembre.