Les évêques du Wisconsin fournissent aux électeurs catholiques les grandes lignes devant orienter leurs prochains votes : la défense de la vie est en tête

Download PDF

Les MidTerm Elections sont dans moins de deux mois, très précisément le 2 novembre. Elles s’annoncent assez désastreuses pour le parti Démocrate et donc pour l’administration Obama : tous les sondages concordent. On est entré aux États-Unis, depuis le tout début de l’été, en période préélectorale. L’Église doit être prudente dans ces circonstances et trouver un juste équilibre entre l’obligation qui lui est faite, en raison des avantages fiscaux qui lui sont accordés, de soutenir ou de combattre tel ou tel candidat ou parti, et son droit – protégé par la Constitution – de soutenir ou de combattre une loi ou une position politique particulières non conformes à la doctrine catholique.
Les cinq évêques du Wisconsin ont rendu publique le 1er septembre une lettre destinée aux fidèles catholiques de l’État et leur offrant « les grandes lignes » de la doctrine sociale de l’Église leur permettant de voter en conscience.
Les ordinaires des cinq diocèses du Wisconsin sont l’archevêque de Milwaukee, Jerome E. Listecki, les évêques suffragants de Madison – Robert C. Morlino –, de Superior – Peter F. Christensen –, de Green Bay – David L. Ricken – et de La Crosse – William P. Callahan.
Le Wisconsin compte 1,7 million de catholiques représentant 28,1 % de la population totale de l’État.
La lettre dégage les quatre thèmes principaux devant servir aux électeurs catholiques à voter comme des catholiques.
« D’abord et avant tout, le droit à la vie pour tout être humain – de la conception à la mort naturelle –, est le premier et par conséquent le plus essentiels de tous les droits humains. »
Ensuite, la défense de la famille, « cellule vitale de la société », et du mariage.
La lettre rappelle aussi « l’amour de prédilection de Dieu pour les pauvres et tous ceux qui connaissent la détresse ». Citant Centesimus Annus de Jean-Paul II, les évêques soulignent la nécessité de changer de style de vie et de structures de pouvoir pour aider ceux qui sont marginalisés à réussir économiquement et à se développer comme personne.
Enfin, les évêques insistent sur la nécessité d’être économe des ressources naturelles, de les utiliser avec sagesse de manière à ce que chacun ait la chance de pouvoir participer à la prospérité.
« Être à la fois un citoyen et un pratiquant n’est jamais une chose aisée. Toutefois, si les catholiques continuent à s’engager, non seulement politiquement mais aussi culturellement, cela apportera beaucoup de bien à notre nation et au monde. »

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *