CatholicVote : le site sera « Fermé le dimanche »

Download PDF

Je vous ai déjà signalé (ici notamment) l’excellent travail qu’accomplit le site
CatholicVote, en particulier ses époustouflantes vidéos (allez les découvrir ).
Ce projet, développé à la fin de l’année dernière par le Fidelis Center for Law and Policy, autre association remarquable, vient de nouveau de surprendre ses visiteurs habituels en leur
annonçant hier que, désormais, le site ne fonctionnerait plus le dimanche et dès le 21 juin, jour symbolique puisqu’il est celui où « l’on honore notre Père du Ciel le jour de la Fête des Pères
». Si l’on se rend sur ce site dimanche, et tous les dimanches qui suivront, on découvrira un élégant visuel et l’annonce suivante : « Désolé, nous sommes fermés le dimanche. Allez à
l’église. Lisez un bouquin. Faites une promenade. Appelez un ami. Fêtez la vie ? On se revoit demain… »
(voyez ici). Il sera don


c impossible de voir les vidéos, de participer aux forums de discussion, de lire les articles et même de… faire des dons en ligne !
« Dans notre monde trépidant, écrit Brian Burch, président de CatholicVote, nous voulons dire au monde que le dimanche n’est pas un jour comme les autres (…) C’est
pourquoi nous encourageons les gens à se déconnecter le dimanche d’Internet, de Facebook et de tout autre site (…) Avec notre petite démarche, nous voulons contribuer à redonner au Jour du
Seigneur son sens d
e jour consacré au culte et au repos ».
Excellente initiative qui ne manquera pas de nous motiver dans notre combat contre le travail le dimanche !
Brian Burch signale, par ailleurs, une autre très belle initiative, celle de la chaîne de restauration rapide Chik-Fil-A (Fil-A = filet) qui confectionne des sandwichs à base
de poulet et dispose d’un réseau de 1 250 établissements de vente à emporter ou de consommation sur place (c’est le second réseau aux États-Unis après KFC, Kentucky Fried Chicken).
Son fondateur, et toujours propriétaire, S. Truett Cathy, un pieux baptiste de 88 ans, avait décidé, dès le lancement de son affaire, en 1967, que ses établissements seraient fermés le
dimanche, et ils le sont ! Voici ce qu’il
déclarait pour justifier cette attitude : « Quand nous
avons pris la décision de fermer le dimanche, c’était notre façon d’honorer Dieu et de consacrer notre attention à des choses plus importantes que notre affaire commerciale. S’il faut vraiement
sept jours pour vivre d’un restaurant, alors il vaut mieux trouver un autre boulot »
. Pas mal…