Réélection d’Obama le point de vue de Bill Donohue (2)

Download PDF

 

Je poursuis ici une petite série commencée et destinée à vous informer sur les points de vue, commentaires et réflexions de figures importantes du monde catholique américain, sur la réélection de Barack Obama. J’en ai encore quelques unes sur le coude que je vous offrirai au fur et à mesure qu’elles seront traduites.

Dans un communiqué titré « Quelques réflexions sur le vote catholique », Bill Donohue, le patron de la Catholic League, nous a livré hier ses réflexions. Elles sont d’intérêt.

« Les catholiques constituent le quart de l’électorat, et ils ont préféré Obama à Romney dans les mêmes proportions que le corps électoral dans son ensemble : 50 % contre 48. Contrairement à ce que de nombreux experts disent, cela suggère que la campagne des évêques pour la liberté religieuse, lancée contre le HHS Mandate, a été payante. Obama avait obtenu 54 % du vote catholique en 2008 et McCain seulement 45.

Des commentateurs traitent du vote catholique comme s’il était monolithique, et d’autres disent qu’il n’existe pas. Il serait plus précis de dire qu’il y a quatre votes catholiques : les pratiquants et les non pratiquants, les Blancs et les Hispaniques.

Chez les catholiques pratiquants, Obama a obtenu 42 % des votes, Romney 57 [+ 15]. Chez les catholiques non pratiquants, Obama a récolté 56 % des votes, Romney en a eu 42 [- 14].

Les Blancs catholiques ont donné 40 % de leurs votes à Obama, alors que Romney en a gagné 59 [+ 19]. Les Hispaniques catholiques ont donné 71 % de leurs votes à Obama, alors que Romney en a gagné 27 [- 44].

Selon de précédentes études publiées par Pew Forum, nous savons que les Hispaniques catholiques pratiquants sont moins disposés à soutenir les Démocrates que les Hispaniques non pratiquants.

Ce que tout cela montre c’est que plus un catholique est pratiquant, quelle que soit son origine ethnique, moins il est disposé à soutenir le plus laïciste des candidats.

Finalement, la question se pose et elle est sérieuse : les catholiques non pratiquants peuvent-ils être considérés comme des catholiques ? Pour offrir une analogie : si quelqu’un déclare à un sondeur qu’il est végétarien alors qu’il n’est plus depuis longtemps un consommateur de repas végétarien, le sens empirique devrait-il nous le faire considérer comme un végétarien ? L’identité qu’on a de soi un est concept psychologique intéressant, mais pas forcément une image précise de la réalité d’une personne. »

2 comments

  1. Dr Jacques Bailly

    La gravité de la situation réside précisément dans le fait que les non pratiquants ne sont plus catholiques et c’est pour se donner bonne conscience et espérer quelques grâces, qu’ils n’auront pas, qu’ils se nourrissent de l’expression : ce n’est pas parce que l’on n’est pas pratiquant que l’on est pas catholique !

    C’est d’une rare mauvaise foi et cela crée un vaste gouffre dans l’éducation des enfants.

    Le résultat est là : les églises et les séminaires sont vides de… catholiques, et ce n’est pas sur les égarés de la plupart des messes modernes, prêtres, évêques ou laïcs, qu’il faut compter pour voir se redresser la pire des catastrophes que l’Eglise du Christ connaisse.

    Le seul espoir se trouve dans la Messe de toujours célébrée par des prêtres qui respectent la Tradition, le divin et le sacré, et non pas dans le folklore de la plupart des messes modernes et “l’enseignement” de leurs clercs qui n’osent même plus montrer qu’ils sont prêtres !

  2. btk

    s’il faut attendre que nos cures soient capables de celebrer une messe que j’appelle ‘normale’… il nous reste peu d’espoir.
    le systeme electoral americain est une ineptie : 52/48 pour un resultat de 300/200… la voix du peuple americain n’est pas vraiment representee !!
    la force des democrates ici est le soutien des lobbies si puissants, si riches.. les memes qui soutiennent la culture de mort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *