Retour au Père du fondateur des Franciscains du Renouveau

Download PDF

Le très intéressant blogue catholique canadien francophone Notions Romaines, a signalé hier le rappel à Dieu du Père Benedict Groeschel, CFR, né en 1933, fondateur des Frères Franciscains du Renouveau aux États-Unis. Un décès qui a fait l’objet d’énormément de commentaires dans la presse catholique nord-américaine. Voici le post qu’y consacre Notions Romaines.

Le Père Benedict Groeschel, CFR est décédé des suites d’une longue maladie le 3 octobre 2014, vigile de la fête de saint François d’Assise. Le P. Groeschel était le fondateur de la Communauté des Frères franciscains du Renouveau (Community of the Franciscan Friars of the Renewal – CFR), une communauté franciscaine conservatrice et dont certains prêtres célèbrent la messe traditionnelle.

La grande dévotion du P. Groeschel pour Notre Seigneur et son Église était connue et sentie par tous. Il possédait un zèle apostolique admirable et utilisa ses nombreux talents non seulement pour attirer les âmes à l’Église du Christ via livres, conférences et émissions de télévision, mais aussi par le biais d’un empressement tout évangélique pour nourrir l’affamé, vêtir le pauvre et se préoccuper de l’âme de celui qui était éloigné de Dieu. Le P. Groeschel disait : « Saint Vincent de Paul a dit : si tu aimes le pauvre, ta vie sera remplie de lumière et tu ne seras pas effrayé à l’heure de la mort. J’espère pourvoir attester de cette vérité. »

L’Ordre fut fondé en 1987 par le P. Groeschel en réponse à la confusion doctrinale post-conciliaire chez les différents ordres franciscains. Les Franciscains du Renouveau travaillent auprès des plus pauvres et des abandonnés principalement aux États-Unis et au Royaume-Uni. La fermeté doctrinale et théologique, de même que la vocation religieuse radicalement évangélique proposée par les Franciscains du Renouveau attirèrent de nombreuses vocations : l’Ordre compte à ce jour 115 frères et prêtres ainsi que 31 sœurs.

 

CFR_group

10 comments

  1. Auxiliaire

    Le père Groeschel, c’est bien celui qui accusait les enfants de séduire les pauvres prêtres catholiques pédophiles ? Un “erreur de communication”, a-t-il admis par la suite du bout des lèvres.

    Je remarque que vous avez pudiquement passé sous silence ce petit couac, qui explique la phrase sibylline de votre brève : “qui a fait l’objet d’énormément de commentaires dans la presse catholique nord-américaine”.
    Un peu de courage, mettre sa tête dans le sable n’a jamais servi à rien.

  2. Julien Savadoux

    Bonjour,

    Particulièrement touché par l’oeuvre des frères franciscains du Renouveau, je souhaite rendre grâce à Dieu pour le père Groeschel, fondateur de la congrégation. Je ne connais pas personnellement de frère de la communauté mais j’en ai beaucoup entendu parler et je pense qu’elle est un exemple à suivre dans la ligne de la nouvelle évangélisation. En revanche, je trouve pénible et dommage de voir constamment rappelée ou posée la question du caractère soit-disant “conservateur” de telle personne ou de telle communauté et le fait que cette dernière célèbre ou non la messe selon l’usus antiquior. Le charisme des frères du Renouveau n’est pas la liturgie. Ils sont un signe de la miséricorde de Dieu auprès de Son peuple, pécheurs et pécheresses. En alter christus, le frère de Saint François accueille toute personne sans regarder au péché pour la conduire sur le chemin de Notre Seigneur Jésus Christ. Après la lecture du livre publié à leur sujet, “Des fleurs en enfer”, on ne peut être qu’ému par l’apostolat et la prière de ces hommes qui vivent dans les quartiers les plus difficiles des grandes villes mondialisées où les Hommes en perte de repères dans une société déphasée, cherchent un peu de réconfort quand plus personne n’a le temps de s’intéresser à eux. Sans doute la dernière question que se posent ces hommes et ces femmes en manque d’amour, est de savoir s’il vont pouvoir ou non assister à une messe tridentine lorsqu’ils frappent à la porte des refuges de la congrégation.
    Alors, je ne viens pas en détracteur du site, je le consulte régulièrement et j’acquiesce volontiers aux critiques que vous adressez régulièrement aux clercs et laïcs qui pèchent par excès de “libéralisme” et de “relativisme”. Toutefois, je pense que les vocations nombreuses et les fruits portés par les frères du Renouveau sont en lien direct avec l’Amour inconditionnel du Seigneur qu’ils manifestent au monde selon ce qu’Il nous a montré avec la femme pécheresse dans l’Evangile de Saint Jean. Et tant mieux si certains frères célèbrent la messe selon les deux rites comme le permet le motu proprio du pape Benoît XVI. Cela constitue une richesse supplémentaire. La messe est un moyen et non pas une fin. Elle est le moyen par excellence de conduire l’âme à l’union avec Dieu, la seule fin.
    La “fermeté doctrinale et théologique” ne doit pas être une entrave à la Charité: “Le Sabbat a été fait pour l’Homme et non pas l’Homme pour le Sabbat”.”L’orientation évangélique” de la congrégation vient le rappeler.
    Il est utile de dénoncer les égarements comme l’aurait fait un Jérémie mais on ne gagne pas contre son adversaire à force de critiques. Les franciscains du Renouveau en sont l’incarnation même. Ils ont gagné les âmes au Christ à force de prière et d’action dans la Foi et la Charité. Alors nous sera accordé un surcroit d’Espérance.
    Prions Dieu pour qu’un évêque français appelle la congrégation dans son diocèse. Nous en avons bien besoin afin d’apaiser les querelles qui déchirent la tunique du Christ.

    Pax et bonum,

    JS

    • Maurice

      Quelle importance ?
      Porter la barbe serait-il inconvenant pour des Chrétiens, des catholiques ?
      Ne serait-ce pas faire preuve de xénophobie que d’associer la barbe aux adorateurs du croissant parmi les plus sanguinaires ?
      J’en fais l’expérience très souvent par des paroles qui ne sont pas toujours très fines.
      Les missionnaires portaient eux aussi la barbe, faut-il y voir quoique ce soit qui dévie de la chrétienté ?
      Le port de la barbe fait gagner du temps tous les jours, je passe moins de temps à la peigner qu’à me raser. Et puis, si Dieu nous a fait à son image comme nous le disent les textes, pourquoi modifier ce qu’il a fait ? Ne devons-nous pas être fiers d’être à son image sans la modifier ? !
      C’est pareil pour ce qui concerne les femmes qui modifient leur apparence par la chirurgie.

      Je suis très surpris que le fait que ses frères, d’un ordre mineur, reçoivent de tels commentaires parce qu’ils portent la barbe, c’est désolant ! Peut-être est-ce parce que je reçois des « quolibets » à ce sujet ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *