À cause de l’ancien archevêque scandaleux de Milwaukee, l’Église va beaucoup souffrir

Download PDF

Quand on demandait au regretté historien Pierre Chaunu quel était le grand ressort de l’Histoire de l’humanité, il répondait la tête dans les mains et d’une voix éteinte et désolée : «
La bêtise ! La bêtise… »
. Celle du diocèse de Milwaukee semble, hélas !, confirmer le jugement péremptoire de Pierre Chanu. Voyez ici pour vous en convaincre. Mais pourquoi avoir fait sortir de sa
retraite l’ancien archevêque scandaleux de Milwaukee (Wisconsin) pour participer aux manifestations de l’installation du nouveau, Jerome Listecki ? Cette provocation a, comme il fallait
s’y attendre, donné du grain à moudre aux ennemis de l’Église. Et, je suis désolé de le dire, c’est bien fait… Mais cela pourrait coûter fort cher.
Le 12 janvier passé, le Sénat de l’État se réunissait pour débattre d’un projet de loi visant à abolir la prescription pour les crimes dits de « pédophilie ». Il s’agit là, évidemment, d’un
projet de loi ad hominem, c’est-à-dire et prioritairement destiné à frapper l’Église catholique. Un sénateur de l’État, Glenn Grothman a eu des paroles qu’on pourra juger
excessives mais qui ne sont pas sans fondement, lors des débats sénatoriaux. Il a en effet qualifié l’ancien archevêque Rembert Weakland de « sale type » et les responsables
catholiques d’aujourd’hui qui l’avait invité de « fêlés ». Glenn Grothman n’est pas un catholique, mais c’est un défenseur reconnu de la vie. La branche du Wisconsin de Right
for Life
lui a décernée en 1996 son Pro-Life Award, puis en 2004 son Sanctity of Life Award… Dans le combat pour la défense de la vie, c’est un allié de l’Église. Pourquoi s’en
être fait un adversaire ? « La bêtise ! La bêtise… ».
Piqué au vif, et plutôt que de se taire, l’archevêque (peu) émérite Weakland a cru bon de rédiger un courriel d’excuses à l’Associated Press disant que pour ce qui était des abus
sexuels du clergé dont il était alors le pasteur, il avait fait « tout ce qu’il pouvait quant à ces affaires, avec la connaissance et l’expérience » qui étaient alors les siennes, et
conclut en disant que « Dieu le jugera ». Laissons en effet ce soin à Dieu, mais qui va pouvoir avaler cela dans le diocèse de Milwaukee ? L’archevêque Listecki de son côté a bien
compris que si la loi que j’évoquais plus haut était votée, l’archevêché devrait se mettre en faillite. Ce ne serait pas le premier ! Mais que dire de ceux qui ne veulent pas qu’une chose arrive
et qui, pourtant, font tout pour qu’elle advienne : « La bêtise ! La bêtise… », vous dis-je. Mon Dieu, quel gâchis.