Pour la Catholic League, l’opération de camouflage médiatique des abus sexuels s’étend

Download PDF

 

Hier, le fil américain de l’Associated Press a fait paraître un nouvel article intitulé « Le Vatican
aux évêques : conformez-vous à la loi, signalez les abus sexuels ». Voici le commentaire de Bill Donohue sur ce nouveau morceau de dénigrement de l’AP sur
l’Église.

  • « Le Vatican a décidé d’ajouter une phrase à ses directives concernant les abus sexuels, explicitant le devoir des
    évêques de se conformer à ce que les lois civiles prescrivent en matière de signalement. Voici comment l’AP a décidé de rendre compte de cette affaire : “Des victimes, des
    enquêtes gouvernementales et des grands jurys ont tous porté contre l’Église catholique l’accusation que ce qu’elle a fait s’apparentait à une conjuration destinée à camoufler les abus en
    gardant secrètement les soupçons de viols et de mauvais traitements de prêtres sur des enfants et en ne les signalant pas aux autorités civiles”.
  • Vraiment, s’il y a une conspiration pour camoufler les abus sexuels, elle est celle de l’American Civil
    Liberty Union
    [ACLU], de Planned Parenthood et des organes d’information comme l’AP, et pas celle de l’Église catholique. Un exemple
    : en 2002, dans l’État de New York, c’est cette même Civil Liberty Union de New York et Family Planning Advocates (le bras de lobbying de Planned
    Parenthood
    ) qui ont fait pression sur le législateur pour qu’il ne vote pas une loi obligeant au signalement. Pourquoi ? Parce que les conseillers de Planned
    Parenthood
    étaient au courant de viols qualifiés à répétition, et que la dernière chose qu’ils souhaitaient était qu’elle se retourne contre leurs clients. Les évêques de l’État de New
    York, de leur côté, ont soutenu cette loi mais ne sont pas allés chercher l’AP, out tout autre média, pour faire tomber le couperet sur l’ACLU et
    Planned Parenthood.
  • Il y a une opération de camouflage qui se poursuit parfaitement, et qui implique des groupes libertaires et
    pro-avortement associés aux syndicats d’enseignants pour bloquer toute vraie réforme. Cependant, l’opinion publique est amenée à croire que ce sont les évêques qui sont les coupables. Ajoutez à
    cela l’opération de camouflage des médias sur le rôle que les prêtres homosexuels ont joué dans le scandale et vous constaterez que la conjuration ne fait que s’étendre. »