Ce que les Latinos sont en train de changer dans la physionomie de l’Église aux États-Unis

Download PDF
C’est assurément l’étude la plus précise dont on puisse disposer sur le comportement religieux des Latino-Américains (que je nommerai Latinos dans la suite de l’article) aux États-Unis, qui vient d’être publiée, le 25 avril, par le Pew Hispanic Center et le
Pew Forum on Religion and Public Life [1] et que j’avais annoncé dans un précédent article du 17 avril (americatho.over-blog.com/article-6412467.html).
Changing Faiths : Latinos and the Transformation of American Religion est un rapport de 87 pages qui résulte d’une grande campagne – elle a porté sur plus
de 4 600 Latino-Américains adultes – d’entretiens téléphoniques, menée d’août à octobre 2006.

Le groupe constitué par les Latinos aux États-Unis, est constitué, selon les chiffres officiels, d’environ 42 millions d’individus (le chiffre réel
dépasse sans doute les 45 millions dès lors qu’on y ajoute les illégaux sans-papiers). C’est donc le second groupe “ethnique” aux États-Unis, et celui qui se développe le plus rapidement.
La répartition religieuse des Latinos s’établirait comme suit : catholiques : 68 % ; protestants : 20 % ; autres chrétiens : 3 % ; autre religion : 1 % ; sans religion : 8 % ; refus de réponse :
1 %.
Les Latinos constituent donc désormais le tiers des catholiques américains, et leur poids dans l’Église catholique devrait continuer à augmenter dans les
décennies à venir. Les deux tiers de ces pratiquants ne fréquentent que des églises où les Latinos sont archi-majoritaires, où toute la liturgie est célébrée en espagnol et par des prêtres
Latinos.
Sur la “sensibilité” particulière de ces catholiques, et c’est là une confirmation statistique de nombreuses observations antérieures, 54 % d’entre eux se disent “charismatiques” (alors qu’on
n’en compte que 8 % chez les autres catholiques) : ils appartiennent à des groupes de prière de guérison ou d’exorcisme où l’on parle en langues. Toutefois, ces “charismatiques”  manifestent
un goût plus prononcé que les autres catholiques pour la récitation du rosaire, la confession et le service paroissial.Ce “tempérament” particulier n’est d’ailleurs pas exclusif d’une orthodoxie
doctrinale et morale largement majoritaire.

L’étude synthétise assez bien la prospective de ses découvertes : « Ces deux caractéristiques les plus évidentes – prépondérance des expressions religieuses
charismatiques et culte ethniquement orienté – jointes à la croissance rapide de la population hispanique, ne permettent guère de douter qu’une compréhension fine de la foi religieuse chez les
Latinos est fondamentale pour comprendre l’avenir de cette population et la manière dont va évoluer la religion aux États-Unis »
. D’où le titre de cette étude.

[1] On peut télécharger cette étude à : pewforum.org/surveys/hispanic