Un nouveau séminaire pour l’archidiocèse de Washington D.C.

Download PDF

L'archevêque Wuerl en compagnie du Chief Justice John Roberts à la sortie d'une « Messe en Rouge » à Washington D.C.

C’est l’archevêque Donald Wuerl, qui a été nommé hier cardinal par Benoît XVI, qui en a fait l’annonce mardi dernier : l’archevêché de Washington D.C. va se doter d’un second séminaire. Le premier séminaire, celui de Hyattsville (Maryland) avait ouvert ses portes en 2001 pour préparer des jeunes gens de toutes origines géographiques à devenir prêtres missionnaires pour l’archidiocèse afin de servir comme prêtres missionnaires dans l’archidiocèse ou dans le monde entier. Mais le besoin s’est fait sentir de créer une nouvelle maison de formation. Le désormais cardinal Wuerl s’en est ainsi justifié : « Dans une époque où les enseignement de le foi catholique semblent aller contre la culture [dominante], nous constatons un intérêt accru pour le sacerdoce, en particulier chez des hommes assez jeunes qui veulent contribuer à l’évangélisation dans notre société. Jusqu’à ce jour, la plupart de nos nouveaux séminaristes, en particulier ceux qui étudient dans des établissements d’enseignement supérieur, devaient quitter [Washington et sa région] pour leurs études [de séminaristes]. Désormais, ces hommes commenceront leur formation ici et seront dès le début partie intégrante de la communauté catholique locale. »
L’archidiocèse de Washington compte 67 séminaristes dont 29 en années de philosophie. Depuis quelques années, le nombre de nouveaux séminaristes pour l’archidiocèse oscille entre 9 et 15 chaque annuellement.
Le nouveau séminaire projeté, et qui devrait ouvrir ses portes l’année prochaine, pourra accueillir trente personnes qui y suivront leurs années de philosophie en même temps qu’ils poursuivront leurs études à la Catholic University of America, mais ils devront faire leur théologie dans d’autres maisons de formation.
L’an passé, on comptait 3 493 séminaristes en philosophie et 1 443 en théologie. Après trois décennies de déclin, les entrées dans les séminaires américains se sont stabilisées depuis une quinzaine d’années.

3 comments

  1. Roger Bélanger

    Comme quoi quand la terre est bien labourée, sans crainte de blesser les mottes de terre en les pulvérisant pour obtenir une bonne terre arable, on récolte de belles et bonnes moissons… et on agrandit la grange !!!

  2. LETTERI Gerard

    Un exemple réconfortant !

    Manifestement le Catholicisme aux USA a de nouveau le vent en poupe : renaissance des vocations , qualité des éveques , regain de la Foi populaire et visibilité de l’Eglise ! Et pourtant les tempetes n’ont pas manqué auparavent …
    Il serait bon que quelques prélats americains quittent, à tour de role, pour quelques jours, leurs dioceses pour venir precher la bonne parole chez nous . L’Eglise “-qui – en -” France aurait tout à y gagner ! Nous sommes de nouveau une Terre de Mission….

    Gerard LETTERI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *