En Une

Les gréco-catholiques ukrainiens : pomme de discorde ou… sel de la terre ?

Commentaires (2)
  1. Goupille dit :

    Si l’on en croit les sources bien informées, les Ukrainiens se sont peu soulevés pour leur rattachement à L’UE, mais pour chasser du pouvoir des dirigeants corrompus. Des forces géopolitiques repérables et connues ont dévié la narration du conflit vers une opposition Europe “démocratique” (sic) contre Russie poutino-tsariste “totalitaire”.
    La présence du philosophe-chef de guerre qui est allé promener son romantisme vieillissant et sa chemise ouverte dans tous les conflits qui ont dégénéré (Balkans, Libye, etc) confirme les soupçons.
    Hier, des personnes sont mortes dans une guerilla civile. Mais qu’importent les morts pour des systèmes aveugles…

    Les accusations contre les Chrétiens, de toutes Eglises, orthodoxes compris, est un classique de ces époques de pourrissement. Leur attachement à des valeurs les transforment en témoins gênants
    La lutte est entre une Europe chrétienne, “de l’Atlantique à l’Oural” et au-delà, et un barnum mondialisé matérialiste consumériste.

  2. Melmiesse dit :

    N’y aurait-il pas une rivalité des entre les églises orthodoxes et gréco-catholiques les orthodoxes semblent plus “ukrainiennes”?

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »