En Une

Le message pascal de Mgr le Boulc’h

Commentaires (2)
  1. Shimon dit :

    Pourquoi confondre espoir terrestre et espérance d’éternité?

    1. c dit :

      Il ne faut surtout pas confondre espoir terrestre et espérance d’éternité! D’ailleurs peut-on avoir vraiment de l’espoir à court terme donc terrestre, sans l’espoir d’éternité donc d’espérance? L’espoir est mortifère, l’espérance est vie. C’est un peu le “il n’est pas nécessaire de croire à la victoire, pour entreprendre”.
      La question n’est pas de confondre, ni de dissocier, mais de bien différencier les deux pour qu’il y ait une réelle complémentarité. L’un ne va pas s’en l’autre, l’Espérance se gagne par les mérites et la grâce, l’espoir sans espérance rend faible devant les épreuves indissociables de notre condition humaine imparfaite. L’espérance sans l’espoir nous rendrait fataliste et nous empêcherait d’exercer au mieux notre libre arbitre en combattant les épreuves terrestres, avec la grâce de Dieu, pour gagner notre salut.

      Le Christ-Dieu est venu nous accompagner dans nos souffrances terrestres, complétant le travail de la Création, en souffrant comme un homme avec Ses créatures. S’Il ne l’avait pas fait nous n’aurions pas été Ses créatures au sens complet mais les créatures d’un Dieu lointain. Il n’aurait pas montré sa proximité avec nous, son amour et sa bonté incommensurables. Il ne nous aurait pas montré qu’il était Tout et aussi ce Dieu qui a renoncé à son pouvoir divin pour se faire crucifier pour nous, comme un criminel, avant de ressusciter, en nous montrant le chemin de la Rédemption. Le Christ s’est mis à notre niveau en nous fortifiant dans notre misérable condition humaine, nous avons beaucoup de chance.

      On se poserait moins de question si nous étions cailloux! Cela se mérite d’être les Créatures de Dieu et sans peine, point de mérite, et sans mérite point de salut. Réflexions d’une catho lambda, pas d’un théologien!

      “des études qui n’ont pas tenu leurs espérances” : c’est peut-être pour évoquer la déception devant des études qui apparemment ne mènent à rien dans une conjoncture économique ou sociale particulière? La figure de style associant études et espérances révèle la disproportion et montre l’essentiel: trop d’espoirs dans un avenir terrestre radieux et sans échec, occulte l’espérance. Enfin c’est comme cela que je comprend la phrase.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »