Perepiscopus

Consécration d’un nouveau autel à Neufchef

Article suivant
5 mai : Saint-Pie V
Commentaires (10)
  1. P.Jean-François Thomas s.j. dit :

    Beau maître-autel de 1843. Misère des églises de France…

  2. Shimon dit :

    si l’on peut éventuellement regretter les autels permettant de célébrer la messe face à Dieu plutôt que de la dire face au peuple, ces derniers modestes autels sont au moins avec une table d’une seule pierre.

  3. Shimon dit :

    De “modestes” autels ne permettent pas le rassemblement d’une famille nombreuse, mais sont en rapport avec une baisse du denier du culte.

  4. toto dit :

    2 autels minables (et coûteux) à côté des 2 autels anciens (au moins, ils n’ont pas été mis à la déchetterie). C’est peut être la “pauvreté évangélique”? Qu’en pense le saint Curé d’Ars?
    C’est vrai que dans leur esprit, c’est une table, pas plus…

  5. Martina dit :

    Il tourne le dos au véritable autel…..

  6. LE GUEN dit :

    Un bel autel pour une messe Paul VI, je trouve qu’il ne faut pas jeter la pierre systématiquement aux messes Paul VI, même si on peut regretter l’ancien rite. Il est magnifique cet autel, et sobre certes. Tout le monde n’est pas encore prêt à retourner à la Tradition. Mais si on compare aux horreurs d’autel qu’on nous a présenté ces derniers mois, le dernier en date étant un espèce de “vaisseau scindé en 2” on peut dire à l’image de l’Eglise et de la société. Là ils ont fait un bel effort d’esthétique.

  7. professeur Tournesol dit :

    Je m eloigne un peu mais je constate dans certaines eglises une profusion d autels : à Mortain (diocese de Coutances) 4 autels alignés : l autel principal, le petit autel pour les messes de semaine, l ancien maitre autel, un autre petit dans le fond de l abside.
    Plus generalement la reforme liturgique avait prôné l unicité de l autel, resultat dans la plupart des eglise : deux autels l un devant l autre.

    1. Shimon dit :

      Un autel unique dans les novelles églises “modern-style” genre hall de gare, peut-être, mais sacrifier des maître-autels qui font partie d’une architecture ancienne voire vénérable serait un sacrilège.
      A quoi rêvez-vous donc professeur Tournesol? Le château de vos ancêtres ne vous fait plus rêver et comme tous les ci-devant révolutionnaire vous voulez détruire églises et monastères au nom de l’égalité?

  8. toto dit :

    L’autel dos au peuple était tout à la fois la pierre du sacrifice, le rocher du Golgotha, le tombeau du Christ (on l’encensait) et la table de la Cène.
    “L’autel” moderne n’est qu’une table où l’on casse la croûte éventuellement à plusieurs réunis autour (il n’y a plus assez de prêtres pour dire une messe par clocher, mais ils concélèbrent à tour de bras…cherchez l’erreur…), autant dire la symbolique protestante réductrice qui a tout envahi depuis les années 1960.

    1. Shimon dit :

      On oublie, perd de vue ou l’on nie la réalité du sacrifice de la messe.
      Effectivement ce n’est pas un culte protestant (luthérien germanique ou réformé latin) où le pasteur partage symboliquement ce qui au eux des participants reste du pain et du vin, c’est à dire un repas fraternel. Il reste un pasteur célébrant qui doit avoir fait des études de théologie et réussi des examens dans l’une ou l’autre faculté.
      Ce n’est pas le cas chez les évangélistes.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »