Points Non Négociables

Avortement des trisomiques : Dawkins s’excuse, un peu

Commentaires (4)
  1. C.B. dit :

    Parmi les arguments de Richard Dawkins sur la « moralité » de l’avortement dans ce cas, il y a le fait que le fœtus n’a pas de sentiments humains.
    Si les êtres humains qui n’ont pas de « sentiments humains » doivent être avortés (ce qui est la position de ce professeur émérite d’éthique), alors lui-même est passif d’un « avortement après naissance », même longtemps après naissance.
    Sous l’Allemagne hitlérienne, nul doute qu’il aurait trouvé « éthique » l’élimination des sous-hommes (Untermenschen, également désignés par le terme Stück, chose).

  2. Goffinet dit :

    Tiens, et le jour ou, par accident, il se retrouve en chaise roulante, verrait-il d’un bon oeil que ses enfants le fasse euthanasier sans lui demander son avis ? Ils lui diront, comme inculqué, que c’est pour son bien et que de toute façon, il doit d’office être malheureux! C’est pourtant, je pense, le sort qui pourrait arriver à des parents qui prônent devant leurs enfants, que l’on peut supprimer la vie pour abréger les souffrances dues à un handicap. Il y aura certainement un retour de manivelle…tout en croyant bien faire!

  3. gerard dit :

    Et il s’étonne que des gens lui disent que ses propos (sons digne du nazisme )la race pure il ne sait pas ce que c’est?qu’il s’informe sur les années 30/45.

  4. Françoise dit :

    En outre, des femmes qui attendaient un enfant « trisomique » selon le diagnostic prénatal et qui ont résisté à la pression de l’entourage et du corps médical pour se faire avorter ont eu la bonne surprise de mettre au monde des bébés tout à fait « normaux ». D’autres ont refusé ce diagnostic. Trisomiques ou non, tous ont droit à la vie et cela bien des mères l’ont compris.

Traduire le site »