En Une

Nouvelles du synode extraordinaire sur la famille (2) : l’interview où le pape se distance des “évêques conservateurs”

Commentaires (6)
  1. Martina dit :

    Le monde a-t-il changé depuis Sodomme et Gomorrhe ?
    Relisons la Bible et toute l’histoire du monde.
    Satan est dans l’homme depuis le péché originel.
    Notre société chretienne occidentale retourne à la barbarie des temps anciens, ne cautionnons pas cela même si nous ne pouvons lutter que par notre propre conduite, la prière et l’observance des commandements.
    Le Christ n’a t il pas dit qu’il ne retrouverait que peu de Foi lors de son dernier Avènement ?

  2. Damien dit :

    Moi, je sais une chose : Jésus qui a dit qu’il soutiendra son Eglise, toujours, jusqu’à la fin du monde, ne permettra jamais que le Pape la dévoie et la mène sur le chemin de l’hérésie.
    Si, à Dieu ne plaise, le Pape François est tenté par laxisme à s’engager dans cette voie, Dieu trouvera bien un moyen de l’en empêcher ( s’il parle ex-cathedra, évidemment, sinon il y aura un tel tollé qu’il devra abandonner sa charge, mais quel dommage il aura quand même causé à l’Eglise car les gens ne sont pas capables de comprendre où commence l’infaillibilité ).

  3. toto dit :

    En début d’article de la Nacion au sujet des hommes politiques argentins que le pape évite de juger SAUF:
    ” De la Argentina sólo tiene palabras de encomio para Omar Abboud, dirigente de la comunidad musulmana argentina; para el rabino Abraham Skorka, y para Julio Schlosser, presidente de la DAIA.”
    D’argentine le Pape a uniquement des paroles de louange pour Omar A, dirigeant de la communauté musulmane argentine, pour le rabbin Abraham S et pour Julio S président de la DAIA (Delegacion de associaciones israelitas argentinas).
    La religion mondiale ce sera pour notre génération…

  4. Berna dit :

    Ce manque de “transparence”, disons de “clarté évidente” de ce que dit ou ne dit pas exactement le Pape et/ou qu’il laisserait dire ou écrire est plus que gênant.
    L’ambiguïté ne sert jamais la Vérité.
    Ces ou ses propos laissent entendre qu’il veut rompre avec le style précédent, celui du Pape précédent ou de l’Eglise, et qu’il sera plus ouvert au monde.
    Mais depuis 2000 ans, si l’Eglise n’avait pas été “ouverte”, n’était pas “allée au-devant des autres, athées, païens, etc…elle serait morte depuis longtemps….!

    Ces effets de style nuisent aussi, non seulement à l’image de l’Eglise, et donc au Message du Christ que l’on attend d’elle, mais aussi à la fonction du “Vicaire du Christ”, du Souverain Pontife.
    Le pape Pie XII a accepté d’être véhiculé avec la Sedia Gestatoria (est-ce bien le terme ?), alors qu’il détestait ça.
    L’humilité est de s’effacer derrière sa fonction : comme St Jean-Baptiste : “qu’Il croisse et que je diminue”.
    Quand un cardinal disparait sous l’habit du Pape, il en endosse tout le rôle et toute la symbolique du Pape : c’est sa nouvelle identité, sa nouvelle consécration à Dieu.
    Je souhaite entendre parler Sa Sainteté le Pape François, mais pas le Cardinal G Bergoglio.

  5. alex dit :

    où va le pape et suivistes : nulle part.

    depuis le début de la mise en scène pontive de ce pape, la priorité c’est le look de l’église, après son look-simplisme-démago-à-fond à lui.

    faut bien se rappeler que ce que l’eglise conciliaire appelle dialogue-ouverture au monde, ça reste:
    plaire, paraitre, démagogie, doubles langages ambigus et équivoques pour ne froisser personne, look, effets d’annonces sans actes-saints, badigeonner leur dieu bigleux-idiot-bravasse… ça dégouline de partout et ça pue, ça embrouille, ça intoxique.

    pourquoi chercher du sens à ce qui n’en a point ! Médiatique à part, Quelqu’un pourra t-il nous dire la moindre valeur de ce synode maintenant et à sa fin ?

    “show must go on” pour toute l’église, qui n’est plus qu’un Parti-Unique-Divisé! socialeux-marxo-politique.
    Beurk, pouah !

  6. Henri dit :

    La phrase: “A moi, ça me fait presque plaisir de discuter avec des évêques très conservateurs, mais bien formés intellectuellement ” vaut quand même le détour !!!!!

    A noter le ” mais “. Y a-t-il donc une opposition entre le fait d’être conservateur et celui d’être bien formé intellectuellement ?

    A noter le “presque”. Ainsi, ça ne lui fait pas vraiment plaisir, il faut vraiment qu’il se force…Aurait il conservé le presque s’il s’était s’agi de discuter avec des progressistes ? ( ou encore avec des interlocuteurs intellectuellement mal formés ? ).

    A noter le “très”. Quel est ce jugement, quelle est cette catégorisation, portée par quelqu’un qui se clame être le grand héros du non jugement, avec son ” qui suis-je pour juger?”

    On hallucine de voir un pape se situer à un tel niveau. On a jamais vu pareille situation au sommet de l’Eglise depuis 2000 ans. Des papes ont certes eu parfois de gros défauts sur le plan moral au long de l’histoire de l’Eglise, ce sont en effet des hommes, mais quand même, on avait toujours affaire du moins à des esprits distingués, ….intellectuellement bien formés pour reprendre l’expression du pape lui-même, qualité, il est vrai, qu’il ne parait pas priser jusqu’au bout.

    Prions pour que tout cela ne se traduira pas par des décisions tragiques pour l’Eglise, grâce à l’action protectrice du Saint-Esprit qui saura – la foi nous invite à le croire- l’arrêter au bord du précipice. Prions, prions, prions.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »