Église universelle

Le cardinal Rouco Varela s’en va : comme le cardinal Lustiger, il annonce des temps troublés

Commentaires (3)
  1. jpm dit :

    J’ai été très surpris de ne pas trouver un mot sur les JMJ de Madrid et le passage de Benoît XVI. En revanche l’éloge de la réforme de la liturgie par Vatican II laisse rêveur…

  2. Gasse Maryvonne dit :

    A l’écoute des premières conclusions de ce synode pour la famille, je tremble. Je me demande si l’Eglise catholique restera celle de Verbe de Dieu, du Logos, à la faveur d’un pathos qui deviendrait la mesure de ce qui est juste et bon. En d’autres termes, l’orthopraxis serait en train de se substituer à l’orthodoxie, et de réduire à néant l’evangile qui précisément, vient délivrer l’homme du poids de son “pathos” : “la vérité vous rendra libre”. L’Eglise m’apparaissait comme le dernier rempart d’une anthropologie capable de mettre l’homme debout. Mais si Elle oublie la réflexion de tant de siècles et la prière de tant de saints, qui ouvrira la route du salut ? Je pense à Jean-Paul II et Benoît XVI qui ont développé avec tant de talent et de finesse les rapports entre foi et raison… Heureusement, tous les cardinaux ne cèdent pas aux vents du relativisme, en particulier le cardinal Rouco Valera, à la parole forte et claire que je vous remercie d’avoir porté à notre connaissance. Il nous reste la prière pour tous ces prélats fidèles au Christ, ces bons pasteurs courageux et lucides.

  3. Roger AUBERT dit :

    Mettre comme première cause de tous les maux cité: la marginalisation de Dieu permettrait de résumer et de pointer juste. le retour au catéchisme des enfants, caté supprimé depuis 2 générations en France, nous donne même des séminariste affiliés à cette Eglise des hommes qui ne parle qu’horizontalement et jamais du salut éternel but de la vie. “Des pauvres, vous en aurez toujours”. Mais ne craignez pas ceux qui tuent les corps… craignez ceux qui tuent les âmes. Et les enfants qui font leur profession de foi, connaissent-ils les commandements, savent-ils réciter le 3Je crois en Dieu”. Savent-ils que le premier mot à apprendre à un enfant n’est pas le merci, le SVP et l’au revoir… C’est le mot …. PARDON… A l’heure de la mort, orgueilleux, l’homme oublie de s’humilier comme l’enfant prodigue et le voilà parti pour un long purgatoire ou pour l’enfer, car il y en a si peu qui, aux obsèques prient dans ce sens pour le défunt…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »