En Une

La CEF en direct sur Internet ?

Commentaires (6)
  1. Philomène dit :

    Il y en a beaucoup qui resteraient silencieux!

    1. zézé dit :

      Exact …. leurs comportements, pour la plupart, sont tellement en dessous de tout…. leur manque de réactivité lors de lois permissives entre autres, leur silence surtout…. et lorsqu’ils parlent, pour certains, cela fait peur pour nous catholiques…. où est leur FOI ?

  2. Sami dit :

    Non, pas d’accord.
    Il y a des débats à ne pas déballer publiquement… Avec toutes les incompréhensions possibles.
    Laissons à l’Eglise en Synode, le droit au for intérieur. Et ne la soumettons pas à la loi perverse du voyeurisme télévisuel.

  3. Michel en Lys dit :

    C’est bon d’avoir le courage de ses opinions, mais il va falloir faire attention de ne pas sortir de l’Évangile au nom de la science moderne et des idées philosophiques. Cela peut nous amener et nous diriger vers beaucoup d’ambiguïtés! Nos philosophes errent bien souvent dans le contexte de notre monde actuel que ce soit par l’égalité, maître de son corps qui nous dirige vers l’avortement et l’euthanasie entre autres…

  4. Goupille dit :

    Ah oui… Aux USA…
    Cela semblait tellement surprenant dans le cadre de notre chère CEF, soviétiforme et amoureuse des dessous de pierre, comme ses collègues maçons.

    Ne rêvons pas : cela ne sera jamais.
    Perinde hac cadaver.

    Ne restent que les chemins de traverse, sous le soleil de Dieu.

  5. garmon dit :

    Une chose m’a profondément choque lors du 21ième concile œcuménique : les évêques avaient juré le secret sur le débat, mais tel ou tel publiait sa chronique du Concile dans sa Semaine religieuse, avec la teneur des débats et le nom des protagonistes ; je me souviens de l’ironie a propos d’une père conciliaire capable “de se mettre en colère en latin”. Pourquoi le faisait-il : pour faire pression en vue de changements, pour instituer un “magistère” parallèle, dans les médias.
    Quant au débats de la conférence épiscopale de France, il sont secrets : pourquoi ? Pour favoriser des arrangements antiromains, contre la tradition. Certes, le nonce apostolique et présent et Rome bien tenue au courant.
    Autrement, dit, pour certains évêques, l’esprit de parti est plus fort que le respect d’un serment (à Vatican II) ou que la liberté d’informer (à la CEF).
    Chacun doit se poser la question : suis-je partisan au point d’avoir une morale où la fin justifie le moyen ?

    Dieu vous garde

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »