Perepiscopus

Le conseil général de Guyane veut mettre l’évêque de Cayenne à la retraite

Commentaires (5)
  1. C.B. dit :

    Hé bien, si en Guyane on met d’office les gens à la retraite à 69 ans, les élus actuels devront être remplacés au prochain coup, non?
    L’auteur de cette proposition s’est-il assuré qu’il ne va pas être obligé de mettre à la retraite bon nombre de maires?
    A-t-il mis au clair ses relations avec l’université (il semblait prêt à prendre en charge les frai de voyage en métropole (en “France hexagonale” selon l’expression utilisée sur le site du Conseil Général de Guyane) d’un enseignant-syndicaliste: quel budget pour ce tourisme intellectuel?
    Et on peut peut-être aussi mettre le nez dans les comptes de ce département où “les charges salariales du personnel du département à augmenté de 38,45% en 5 ans (page 34 du rapport de la Chambre régionale des comptes de la Guyane [http://www.franceguyane.fr/complements/2013/12/26/182688_133407_crc-rapport-conseil-general.pdf] )”

  2. toto dit :

    L’évêque n’a rien à négocier. Que le conseil général paye ce qu’il doit. Ce Tien-Liong est un stalinien de la pire espèce. Coups de force, lois bafouées, gaspillages financiers, il devrait être derrière les barreaux (quand sa copine Taubira ne sera plus aux manettes)

  3. ça suffit dit :

    de quoi je me mêle, c’est bien connu quand on est de gauche , on descend de Staline et on se conduit comme tel, on ne respecte rien surtout pas la parole donnée. quant aux lois tout dépend si elle les favorise ou pas, si elle ne les favorise pas , on ne les applique pas.

  4. reybard dit :

    Malheur à ceux par qui le scandale arrive

  5. Jean de Préaudet dit :

    Bravo! J’ approuve massivement les avis précédents.
    Ignorez, Monseigneur de Cayenne, les KK nerveux des petits Staline guyanais. Ce n’ est pas à vous d’ abolir une ordonnance du dernier Roi de France, qui sut encore faire honneur à son titre, reçu à Reims, de roi très chrétien ; ( A ceux qui s’ étonnent, rappelons seulement la réponse de Charles X à un opposant qui lui conseillait de faire ouvrir le feu sur les insurgés de 1830 : ” Vous avez de la chance, vous autres républicains, vous pouvez tirer sur le peuple !”. Je suis à la disposition des lecteurs de ce blogue qui souhaiteraient des précisions sur ce point ).

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »