Perepiscopus

Un moment de nostalgie pour Mgr de Germay

Commentaire (1)
  1. toto dit :

    Je suis toujours admiratif du nombre élevé de prêtres qu’on trouve pour concélébrer pour telle ou telle occasion et le peu de prêtres qu’on trouve pour dire une messe dans les paroisses orphelines ou isolées. C’est vrai qu’avec le réunionite, le prêtre (sauf exception de prêtres dévoués) n’a plus le temps de dire plusieurs messes (on alterne d’un clocher à l’autre) ou une messe de funérailles. Certains diocèses ont interdit les messes de funérailles, même quand des prêtres étaient disposés à les dire. Les équipes de laïcs, c’est tellement mieux.
    Heureusement quelques diocèses imposent à leurs prêtres comme priorité sur toute réunion les messes de funérailles, occasion unique et précieuse d’apostolat.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »