En Une

Déclaration de la CEF sur la fin de vie

Commentaires (5)
  1. brandenburg dit :

    Ce texte est assez bon!Mais: 1 que vient faire la citoyenneté dans cette affaire:ce concept est d’un autre ordre,politique.Or l’Etat n’a dans cette question aucune légitimité absolue ni ses représentants.2 la collégialité ne règle rien et complique tout!Une seule personne,en son conseil et en sa conscience,le primus inter pares peut prendre la décision qui ne peut être l’objet de plainte une fois prise:un homme seul même bien informé et conseillé peut se tromper mais plus il exerce cette fonction, moins il se trompe alors qu’un collège varie dans le temps et même sa composition en fonction de mille raisons différentes selon ses membres;3 le terme “sédation profonde” est hypocrite comme celui d’interruption volontaire de grossesse ce qui a donné lieu à toutes les dérives que l’on sait:il faudrait demander à un petit groupe d’Académiciens acompagné d’une poignée de linguistes,de moralistes et de théologiens d’en trouver un autre.

  2. Hector dit :

    (…)
    “Pour les croyants en Dieu, comme pour les chercheurs d’infini, cette ultime étape n’est pas un non-sens mais une autre rencontre. Dans le respect de nos libertés, Dieu, le maître de la vie, nous convie à prendre soin les uns des autres par l’amour et la tendresse, par un accompagnement ajusté et « fraternel », digne de la grandeur inouïe de tout être humain qui s’en va vers son éternité.”

    P.S Le final est grandiose !

  3. moreau dit :

    c’est quoi ça ? un commentaire de fonctionnaires en charge ses droits égalité fraternité : la fin de vie et la mort engagent + blablabla…
    Et la personne tarte à la crème de tous les discours et la dignité coupée de son origine divine !

    On va dans le mur au paragraphe 19 qui aurait dû être le paragraphe premier ! pour une critique catholique et accrochée par le haut !

  4. Cassianus dit :

    “…la grandeur inouïe de tout être humain qui s’en va vers son éternité.” Inouïe ? Mais que peut faire d’autre un être humain dès qu’il est en vie ? Depuis le premier instant de sa conception, un être vivant commence à cheminer vers la mort. Un vivant, c’est un futur mort. Le Saint Curé d’Ars, pour dire qu’il avait une santé résistante, disait : “J’ai un bon cadavre”.

    Et “qui s’en va vers son éternité”, c’est flou et équivoque. Il s’en va vers son jugement, où il doit apprendre s’il a été choisi pour entrer au Paradis, ou rejeté, pour aller brûler en Enfer.

  5. Daniel dit :

    Un texte pas toujours bon …
    .
    D’abord, le “bien vieillir” est une vue de l’esprit, d’ailleurs ils disent que chaque cas est différent. Il y a des vieillesses qui sont des souffrances pour les familles encore plus que les intéressés. Il faut bien distinguer maladie et vieillesse.
    .
    Ensuite ils oublient que la sédation profonde est une solution de continuité entre une légère “cure de sommeil” bénéfique et l’euthanasie active. Tout dépend des doses, des produits et des fréquences d’injection. Il sera impossible de définir une limite.
    Par rapport à ça: “la délibération collégiale devrait rester médicale pour ne pas faire peser sur la famille le poids d’une décision grave…” me fait froid dans le dos pour certains cas et certains médecins. Quel collège, quel cas grave, quelle situation particulière, quelle famille ? Ils se contredisent encore sur le fait que chaque cas est différent. D’autant que pour supprimer les centaines de litiges qui naitraient en justice il faudrait interdire de poursuivre en justice. Donc donner le droit de vie et mort à ceux qui le veulent car seuls ceux qui ne s’embarrasseront pas de leur conscience prendront l’initiative et les autres médecins et infirmiers iront faire autre chose ailleurs … avec deux personnes on branche des dizaines de patients par jour à leur pompe si on veut, donc il ne faut pas s’imaginer avoir besoin de tous les médecins d’un établissement.
    .
    Pas de droit de veto du médecin? si une famille demande la sédation super profonde ?
    .
    Ils ne s’indignent pas de l’expression alimentation et hydratation artificielles ! Ont-ils vu que les bébé et les GIR1 en EHPAD sont dans ce cas ? et que veut dire hydratation artificielle, alors que le corps est réellement hydraté et en vie. Il vaut mieux parler de “nutrition assistée”. Et surtout pas la classer en soins. Car alors je me “soigne” tous les jours puisque je me maintiens en vie en buvant et mangeant.
    .
    Pour les “critères de limitation de la réanimation” cela relève parfois de la prévision de la face qui va sortir d’un lancement de dé. Jusqu’à quel niveau de séquelles possibles ou probables réanimer ?
    .
    Pour l’appel à la Fraternité je propose qu’ils écrivent le même texte pour inciter les capitalistes “sauvages” et les 1% de la population terrestre qui sont propriétaires de 99% des richesses à changer leur regard sur la richesse et sur les humains.
    “Transcendance de chaque être humain”, “dignité intrinsèque”, “croyants en Dieu”, que de mots !
    Quand on est matérialiste athée (médecin ou malade) on ne croit pas qu’on “s’en va vers son éternité”.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »