En Une

Nous ne saurions répondre à cette crise par le seul recours à une laïcité apostate

Commentaires (7)
  1. lemaire dit :

    Dénoncer le laïcisme, soit ,mais il faudrait aussi dénoncer Allah, faux dieu, idole détestable qui n’a rien à voir avec le Dieu-Trinité qui s’est révélé en Jésus.

  2. Youssef dit :

    L’un des plus beaux articles lus sur cette page
    Merci Mgr Aillet

  3. Shlomo dit :

    Le laïcisme radical est le plus radical des radicalismes.

  4. Shlomo dit :

    Comme dit Monseigneur Aillet, il est urgent de vivre “une révolte d’amour contre l’esclavage des passions.” C’est seulement cela qui sera une vraie révolution de libération.
    Gloire au Dieu d’amour, qui est, qui était et qui vient.

  5. Gilberte dit :

    L’homme a en effet besoin de Jésus Christ pour organiser une société juste, seul, il risque toutes les dérives

  6. France dit :

    Enfin un constat lucide sur l’état de notre société au lieu de l’eau tiède déversée par trop de nos clercs; par l’espérance qu’il suscite, il montre le chemin et encourage à l’action !

  7. Shlomo dit :

    Je suis raisonnable, je ne suis pas rationaliste. S’il m’a été donné une raison c’est pour m’en servir, encore, encore, et encore. Mais le rationalisme c’est croire que la seule voie de connaissance est la raison ; c’est faire de la raison un absolu, une déesse, voir lui célébrer un culte et lui ériger des temples. Ainsi l’avaient voulu les révolutionnaires de 1789.
    Mais bien des choses ne se laissent ni appréhender ni enfermer par la raison. Que dire par exemple des arts, des sentiments, de la religion. Le beau n’est pas rationnel pas plus que l’amour. Ils sont intuitifs. Finalement devant la beauté ou la laideur, l’amour ou la haine, la religion ou l’athéisme, la raison semble une bien petite chose, presque dérisoire, mais je ne suis pas prêt à y renoncer, même si je dois reconnaître ses limites.
    La raison peut bien me dire comment faire pour vivre longtemps, elle est incapable de me dire pourquoi je dois vivre plutôt que mourir.
    Si je ne veux pas absolutiser le relativisme, faire un dogme de l’adogmatisme, et de la liberté un totalitarisme, je dois reconnaître la place de l’irrationnel en chaque homme, et d’abord chez celui qui le rejette le plus. Je dois reconnaître l’irrationalité du rationalisme. Je dois reconnaître que le rationalisme et l’athéisme sont des religions comme les autres, mais peut-être plus asservissantes que d’autres.
    Je suis raisonnable, je ne suis pas rationaliste.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »