En Une

Au nom de quoi envisagerait-on de légaliser un geste de mort ?

Commentaires (7)
  1. théofrède dit :

    le primat des Gaules se montre plus conscient de ses responsabilités que le président de la conférence épiscopale; c’est un bon exemple

  2. Sami dit :

    Évidemment on a un choc en comparant ce qui est fait au nom d’une des religions monothéiste citées, et ce contre quoi luttent soi-disant, les trois religions.
    C’est comme si deux agneaux et un loup bêlaient ensemble contre la mort d’un insecte alors que par ailleurs le loup dévore et déchire impunément les agneaux.
    Et pour que l’image soit encore plus ressemblante, c’est un des deux agneaux qui prend le loup par la main pour la photo.

  3. Cassianus dit :

    Les droits de l’homme, dans une perspective athée, ce sont des droits que des hommes reconnaissent à d’autres hommes. Ils n’ont, de ce fait, aucun autre contenu que ce celui qu’il plaît à des hommes de leur donner. Leur subsistance et leur universalité demeurent conditionnées par un certain vouloir populaire et par les moyens de coaction dont cette faction dispose. Fondés sur l’arbitraire, soutenus par la force brutale, ils ont le destin de toutes les créations culturelles : un temps de vie et une mort inévitable.

    Qu’est-ce que des religieux peuvent opposer aux caprices d’une démocratie ? Deux choses seulement : la foi et le glaive. La foi ne fait autorité que pour ceux qui l’ont. Quant au glaive, pourquoi même y penser si l’on condamne par principe la guerre sainte ?

    Il ne reste donc aux “représentants des trois grandes traditions religieuses monothéistes” qu’à continuer de parler. Ils ne seront écoutés que par des gens qui partagent leurs croyances. Les autres, tous les athées, agnostiques et idolâtres qui constituent l’écrasante majorité, donc ce “Peuple” qui fait la loi quand on est en démocratie, passeront leur chemin, comme on le fait devant un homme qui crie tout seul au milieu d’une foule.

    L’idée de combattre les immoralités d’une société démocratique en se servant de ses propres valeurs (en l’occurrence, les droits de l’homme, la dignité humaine…) n’a jamais produit aucun résultat pratique. La raison en est que la démocratie ne contient aucune valeur. Elle est le nom respectable d’une volonté de liberté qui n’a jamais eu aucun autre projet que rejeter toutes les soumissions. La démocratie est nihiliste par essence, Et c’est précisément à cause de sa totale désorientation qu’elle est capable de s’embarquer dans n’importe quel fascisme – pour un temps – comme un jeune routard d’autrefois dans n’importe quelle voiture qui voulait bien le prendre en “stop”.

  4. zézé dit :

    Mais où est passé le mot : DIEU ? nous sommes des créatures du BON DIEU, n’est-il pas ? que de blablabla pour dire quoi ? enfin c’est mieux que rien, mais quand même, avez-vous honte d’être ce que vous êtes ? DES PRETRES !!!!!!!!!!!!!!!!!! et surtout de dire : TOUT SIMPLEMENT NON !!! point barre.

  5. Pauvre pécheur que je suis dit :

    Dixit : Au nom de quoi envisagerait-on de légaliser un geste de mort ? Parce que la personne concernée aurait, dit-on, perdu sa dignité humaine ? Parce qu’elle aurait fait son temps ? On lui laisserait entendre qu’elle est devenue inutile, indésirable, coûteuse… L’homme se croit-il en mesure de décerner – pour lui-même ou pour autrui – des brevets d’humanité ?

    Avec la prolongation de la vie par la science, une petite piqure létale pour soulager la finalisation, au dernier moment, quand une personne est en détresse respiratoire… Est-ce de l’acharnement thérapeutique et est-ce mal ?

    Notre vie terrestre appartient à Dieu même si nous sommes faits comme des dieux! Ce n’est pas à nous en déterminer les raisons! Nos martyrs en sont un parfait exemple… Pourquoi, à nos pauvres yeux, que l’un semble souffrir plus qu’un autre?

    Possiblement que les souffrances, comme le Christ en croix, sont un digne partage pour justement soulager l’humanité de tous ces maux de ceux et celle qui les refusent. En fait, j’ignore la plénitude de la raison que l’un semble souffrir plus qu’un autre… Qui ne souffre pas ? Et est-ce vraiment le cas ? Sommes-nous devenus Dieu?

  6. Françoise dit :

    On demande une fois de plus aux médecins de violer leur serment d’Hippocrate ?

  7. jejomau dit :

    au nom de quoi ?

    Mais au nom du Socialisme Monseigneur !! Au nom du Socialisme pour lequel les chrétiens de Gauche ont appelé à voter !

    C’était pareil du temps de Hitler ! Les mêmes lois proviennent des mêmes causes : du SOCIALISME !

    Et, de même, ce sont – comme au temps de Hitler – des LOGES MACONNIQUES qui préparent ces Lois. Comment en douter quand vous savez que le socialiste Hitler appartenait à la Loge ésotérique “société de Thulé” ?

    Mais enfin Monseigneur : un jour, une bonne fois pour toutes, aurons-nous des clercs qui attaquent cette engeance bille en tête !?

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »