Perepiscopus

Rennes : 18 séminaristes pour 4 diocèses

Commentaires (8)
  1. Louis JACQUES-FRANCOIS dit LOCARD dit :

    Bonsoir,
    Pourquoi faire, puisque vous m’avez coupé la ligne!
    Merci!
    JFL

  2. allegrovivace dit :

    18 + 3 = 21 : 7 années de formation = 3 nouveaux prêtres chaque année à se partager entre 7 diocèses.
    (et, rentrer au séminaire ne signifie pas forcément une ordination sacerdotale au bout du parcours… loin de là !)

    Le “printemps des vocations” est une mauvaise blague dont nous nous serions bien passés.

    la pastorale cosmétique et le terrassement de la foi des anciens jours , après Vatican II, est passé par là.

    Il faudra revenir :aux recettes qui ont fait leurs preuves, transmises du fond des âges, couronnées par le rite tridentin,
    – La Liberté religieuse du seul vrai Dieu et ne pas mettre les fausses religions sur le même pied et bien plus s’efforcer d’être missionnaires, leur porter l’Evangile, sans glisser vers un oeucuménisme à terme relativiste.
    – Instaurer l’Autorité de l’Episcope vrai détenteur de l’Autorité dans son diocèse, ce qui ne l’empêche pas de consulter y compris ses frères de l’épiscopat,
    – accepter que la société civile elle aussi puisse bénéficier du gouvernement d’Un seul soumis au décalogue et à la loi divine par la monarchie absolue de droit divin institution propre à la France “lumière des nations”, à la civilisation du fils aîné de l’Eglise. Mille ans de pouvoir capétien, Jeanne d’Arc, le voeu de Louis XIII, le manteau des cathédrales, la pléïade de saints témoignent.

    Le Seigneur a permis notre dépravation, il nous donneles grâces de notre relèvement SI NOUS LE VOULONS !
    (aide toi le ciel t’aidera – gens d’armes batailleront, Dieu donnera la victoire)

    allegrovivace

  3. karr dit :

    Que dire?
    Ces séminaristes sont sans aucun doute de bons et braves garçons mais persévéreront-il?
    18 séminaristes pour plusieurs diocèses ou la moyenne d’âge du clergé doit ,comme ailleurs,être de 75 ans si ce n’est davantage ,ce n’est pas raisonnable les évêques envoient ces jeunes au casse-pipe!
    Tant d’Instituts ont de jeunes prêtres jouissant d’une formation sérieuse,leur tort est d’être attachés à la forme traditionnelle,il serait plus que temps de se poser des questions au sein de l’épiscopat français et d’autres pays,pourquoi cet ostracisme suicidaire?
    Pourquoi le Concile doit-il être remanié, ou mieux encore pourquoi pas un nouveau Concile avec les moyens modernes de communications?

  4. Le Guen dit :

    C’est peu, mais c’est bien, respects à ces jeunes qui s’engagent dans la voie du sacerdoce et le séminaire de Rennes est très bien. Vivement que la Bretagne revienne à la Foi, c’est un peu la fille aînée de la France si je puis dire. La Sainte Vierge a dit dans ses apparitions que la Foi reviendra en France par la Bretagne. A la grande stigmatisée Marie-Julie Jahenny, de la région nantaise “la lumière viendra de l’ouest”, rappelons-nous les grands saints comme St Louis-Marie Grignon de Montfort, originaire de Rennes, infatigable prédicateurs, Ste Jeanne Jugan, St Thomas de Villeneuve. Mère Marie de la Passion, St yves, bien sûr. La Bretagne est la Terre de Sainte Anne, elle a été terre de grands mystiques restés cachés et d’appartions, la Vendée aussi -terre de combat contre la révolution impie avec Claire Ferchaud et les apparitions du Sacré-Coeur, sa vie offerte pour la France- et d’autres et combien d’autres. Bravo à ces jeunes et prières pour eux.

  5. Charlotte dit :

    Il y a 18 séminaristes répertoriés au séminaire de Rennes mais ils sont nombreux à être partis ailleurs pour de meilleures formations. Originaires des Côtes d’Armor, ils sont huit.
    A nos évêques de se poser peut-être quelques questions.

  6. moreau dit :

    Bayonne, 21 séminaristes pour un diocèse ! Quatre évêques qui toussent !

  7. Vincent dit :

    Il n’y a effectivement que 18 séminaristes pour 4 diocèses mais certains séminaristes de ces diocèses ne font plus leurs études à Rennes. Notamment Vannes qui en a une vingtaine et dont une grande partie est envoyée sur plusieurs séminaires en France ou à Rome. Ces chiffres ne reflètent donc pas une réalité globale…

  8. Buffalo dit :

    Ces chiffres sont misérables. J’aimerais bien avoir le détail de leur formation intellectuelle, ascétique, spirituelle et liturgique…Pour l’instant, dans bien des séminaires diocésains, on continue sur la même lancée que dans les décennies précédentes, qui ont conduit au désastre actuel. Car c’est un désastre. Peu d’évêques le disent, de peur de devoir faire leur “mea culpa”. C’est pitoyable de se vanter d’avoir 18 séminaristes pour 4 diocèses. Il vaudrait mieux se cacher de honte et de revoir complètement la formation des séminaristes, en s’inspirant, par exemple, de la cté Saint Martin. Mais notre clergé très idéologue préférera se saborder et saborder l’Eglise plutôt que de l’admettre.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »