En Une

Mgr Minnerath membre de la Congrégation pour la doctrine de la foi

Commentaires (4)
  1. moreau dit :

    Un des rares évêques français à écrire correctement notre langue. Il a une vraie connaissance de la théologie et du dogme catholique et une culture chrétienne cent coudées au-dessus des analphabètes mitrés de l’hexagone.
    Donc très bon choix !

  2. allegro dit :

    J’avais repéré cette sommité intellectuelle de la CEF suffisamment “lisse” pour être inconnue de la plupart des catholiques de France sinon des commentateurs de la “bonne presse”, eux-mêmes.

    Je me demande toujours ce qu’il faut en penser ?, puisque à notre époque, quelque échelon de la hiérarchie que l’on observe, tout est possible du meilleur au redoutablement “tiède”. beaucoup de nos épiscopes semblant porteurs du syndrome de Peter.

    Si vous pouvez m’éclairer ? Merci.

  3. MOBILUS dit :

    “Lisse” en effet. Un véritable intellectuel qui aurait donné le meilleur et été un grand évêque dans un état normal de l’Eglise et qui fait totalement flop dans son diocèse et en France. En particulier dans un œcuménisme et dialogue inter religieux “selon l’Esprit du monde”.
    Horreur de la période actuelle de l’Eglise où les dégâts institutionnels s’accompagnent systématiquement d’immenses gâchis individuels, pour ne pas dire drames. Comme un cancer où les forces vives elles-mêmes sont mobilisées par la maladie pour produire davantage de maladie.
    A Dijon ça va mal.
    Heureusement qu’il y a les St Martin, les St Pierre, où vont d’ailleurs les vocations dijonnaises, la première communauté surtout.

  4. allegro dit :

    Vous voulez dire que le cancer de Dijon va muter au Vatican et faire encore plus de ravages ?

    on avait vu le même phénomène avec le cardinal Etchegaray, et (par suite ?) le premier ministre de la France -Valls “himself” – faire grand croix de la Légion d’honneur, plus haute distinction française, le cardinal Roger Etchegaray (en Avril 2014).

    Les pentes sont faites pour être remontées, mais en attendant on n’en finit pas de descendre !

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »