En Une

La tentation du paganisme nous guette aujourd’hui

Article précédent
Qu’est-ce qu’un prêtre ?
Commentaires (5)
  1. hermeneias dit :

    Tiens donc !

    Une prise de conscience ?
    Mais pire que le “paganisme” qui peut être honnête , il y a le reniement et l’apostasie

  2. Pauvre pécheur que je suis dit :

    Prions l’Esprit Saint de nous éclairer et de soutenir toute l’Église + + +

  3. Daniel dit :

    Pas mal, mais “Le Bon Pasteur n’est pas un surhomme”, il aurait pu nous éviter ça …
    Bon, déjà ils descendent de leur “tour d’ivoire” vers les réalités du terrain et n’hésitent pas à utiliser certains mots.

  4. Brigitte dit :

    Hermeneias a parfaitement raison: pire assurément que le paganisme, il y a l’apostasie. Or celle-ci est présente et à des niveaux très élevés dans la hiérarchie de l’Eglise.

    Une illustration stupéfiante en est donnée par cet alinéa que les rédacteurs de l’instrumentum laboris ont écrit sans ciller, à propos,pour les divorcés-remariés, de la voie pénitentielle “D’autres, par voie pénitentielle entendent un processus de clarification et de nouvelle orientation , après l’échec vécu, accompagné d’un prêtre député à cela. Ce processus devrait conduire l’intéressé à un jugement honnête sur sa propre condition, où ce même prêtre puisse faire mûrir son évaluation pour pouvoir faire usage du pouvoir de lier ou de dissoudre en fonction de la situation” (2eme alinéa du 123).

    Autrement dit le prêtre pourrait donner son absolution à un divorcé remarié qui conserverait son engagement adultère y compris complètement c’est à dire sans nécessairement s’imposer la continence ( sachant que l’hypothèse du recours à la voie de la continence est incluse dans l’alinéa précédent, et n’est plus donc présente, en tout cas certainement pas comme condition nécessaire, dans le présent alinéa, lequel se présente comme alternatif du précédent, puisqu’il s’ouvre sur “D’autres”).

    On est bien en pleine apostasie, et une apostasie qui se situe à haut niveau dans la hiérarchie ecclésiale, puisque pour se retrouver dans l’instrumentum, cette apostasie a dû franchir deux étapes: d’abord, remonter d’au moins un diocèse, et sans doute de plusieurs, donc sous le couvert d’évêques; ensuite, être jugé digne par les rédacteurs de l’intrumentum d’une inclusion dans le document de synthèse proposé à la discussion des cardinaux. Et dire que la discussion des cardinaux sur une telle hypothèse va intervenir en troisième semaine du synode, donc juste après les cérémonies pour la canonisation des parents de Sainte Thérèse!

    L’Eglise est déjà bien mal en point, et le synode, il y a tout lieu de le craindre, sauf miracle toujours possible et toujours à espérer, va consacrer le naufrage. Quelle tristesse.

  5. karr dit :

    Mais nous sommes en plein dedans!
    Encore l’exemple d’un évêque qui ronronne dans un milieu catho bc-bg,un homme qui appartient à une époque révolue,il n’est pas des pires loin de là ,mais il ne voit pas bien loin comme nombre de ses confrères et Rome ne nous encourage pas à voir l’avenir en rose avec des nominations épiscopales minables!
    Le Pape Benoît avait le souci du bien de notre Eglise en nommant des évêques de valeur qui pouvait laisser espérer un renouveau,vivement que Bergoglio retourne en Argentine et que les cardinaux se laissent vraiment toucher par la grâce de l’Esprit-Saint en nous donnant un véritable Père ,Vicaire de NS Jésus-Christ sur cette terre,un restaurateur,un Saint-Grégoire le Grand!

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »