Perepiscopus

L’Eglise dans sa marche ici-bas a besoin de prêtres

Commentaires (3)
  1. Henri dit :

    Tout ça est bel et bon. Mais Mgr Pontier devrait bien se deml;

  2. Louis JACQUES-FRANCOIS dit LOCARD dit :

    Je vous salue…
    A temps et à contretemps.
    Notre Seigneur JESUS-CHRIST nous dit : «Et on ne met pas du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement, les outres éclatent, le vin se répand, et les outres sont perdues. Mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et le tout se conserve. »
    Combien d’entre nous, après une épreuve, repartent sur les mêmes bases ?
    Ne comprenons-nous pas que les mêmes causes conduisent aux mêmes effets ?
    Après avoir jeûné, ne recommençons pas à tomber dans la gloutonnerie. Ou bien ne mangeons pas, le lendemain d’un jeûne, le double de nourriture pour compenser l’abstinence d’un jour. Si notre progrès spirituel ne progresse pas, c’est que nous sommes sur le mauvais chemin. Spirituellement, demain doit être meilleur qu’aujourd’hui. Autrement, il y a, forcément, quelque chose qui ’cloche’.
    Nos vieilles outres sont là pour nous rappeler d’où nous venons.
    Le vin nouveau, c’est Notre Seigneur JESUS-CHRIST! Il n’habite pas dans un corps tributaire du péché. Donc n’hésitons pas à ‘faire le ménage’ dans notre façon d’être. Regardons qui nous fréquentons, car toutes les compagnies ne sont pas bonnes pour notre édification spirituelle.
    Nous devons, dans nos outres neuves, n’y mettre que des paroles sorties tout droit de l’ESPRIT-SAINT, en renonçant à ce qui fit nos ‘délices’ lorsque nous étions du monde.
    En attendant le retour du Maître, soyons vigilants. Soyons vigilants pour que le bon vin se conserve et rejaillisse dans la Vie Éternelle ! Car c’est à ça que tout homme est appelé. Et n’oublions pas que, l’an prochain, nos outres neuves seront devenues vieilles !
    Que DIEU vous bénisse et vous garde dans Sa Paix et Sa Joie, pour la Vie Éternelle !
    Merci !
    JFL

  3. Pauvre pécheur que je suis dit :

    Oui ! Nous avons besoin d’ouvriers et d’ouvrières !

    Savons-nous avant de les juger, les recevoir et les écouter sans perdre de vue notre foi au Christ ressuscité en proclamant le véritable sens de l’Évangile sans pour autant rechercher l’orgueil de notre pouvoir ?

    Nous avons tous un pas à franchir et aurons-nous le courage de faire ce pas ?

    Prions l’Esprit saint de nous éclairer + + +

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »