En Une

Dieu seul est maître des temps et de l’histoire

Article précédent
Camper avec Laudato Si
Commentaires (5)
  1. Cassianus dit :

    …l’homme ne peut pas s’arroger la maîtrise absolue sur l’univers à l’aide des technosciences, sans mettre en péril, non seulement l’écosystème, mais l’homme lui-même dont la dignité devient menacée. Cela serait vrai si cette dignité était intangible. Mais, d’un point de vue strictement philosophique, rien n’est intangible s’il n’y a pas de Dieu pour interdire de toucher à quelque chose.

    La science est, par nature, une tentative de maîtrise de l’univers. Cela est vrai de la science des scientifiques et également de la science théologique, puisque sa fin ultime est le salut et que le salut consiste à partager la seigneurie du Christ.

    Ce n’est pas la volonté de domination (la volonté de pouvoir, dirait Nietzsche) qui caractérise la rébellion contre Dieu, mais l’incrédulité : on ne croit pas que Dieu existe, ou bien qu’un commandement donné par Dieu soit réellement donné par Dieu, ou bien que Dieu, qui aurait réellement donné ce commandement, l’eût fait dans une bonne intention. C’est cette dernière forme d’incrédulité qui a été celle d’Adam et Eve. Il n’est donc pas mauvais en soi que les hommes veuillent avoir la maîtrise absolue de l’univers. Ce qui est mauvais, c’est qu’ils veuillent atteindre cet objectif en se passant de Dieu, et plus spécifiquement, en se passant de la religion chrétienne.

    Le Christ a reçu du Père tout pouvoir au ciel et sur la terre, et ce pouvoir absolu sur tout chose, il le partage partiellement en ce temps avec ses Saints en leur donnant de faire des miracles en son Nom. Et il le partage intégralement dans le Ciel, en vertu d’une union tellement substantielle qu’elle mérite le nom de divinisation. La volonté de maîtriser absolument la totalité de l’univers est donc une volonté bonne, une volonté conforme à notre nature. Ce n’est pas cette ambition qui fait la malice des sciences naturelles, des sciences humaines ou de n’importe quel savoir excogité pour rendre la vie des hommes plus heureuse. C’est l’insoumission aux lois de Dieu et de l’Eglise.

    Le Pape ne peut pas dire aux scientifiques athées qu’ils seraient de meilleurs scientifiques s’ils étaient catholiques, parce qu’il aurait peur, et avec raison, que le monde scientifique lui au nez. Alors, il dit autre chose, une suite de paroles qui ont une belle résonance dans le monde, et qui sont applaudies pour cela – comme le monde applaudit une chanson à la mode. Les Papes, autrefois, préféraient se taire, en pensant qu’il n’est pas judicieux de jeter des perles aux cochons. Question de style.

  2. hector dit :

    La Compagnie de Jésus :
    Pour la plus grande gloire… de qui ?

    http://www.lecomitedesalutpublic.com/documents/lacompagniedejesus.pdf

  3. Cassianus dit :

    “que le monde scientifique lui RIEau nez.” Dommage qu’on ne puisse pas éditer ses commentaires une fois postés. Je vais y arriver.

  4. Hugo dit :

    “Point n’est besoin de détailler les cent soixante pages (je les ai lues !) de ce texte fleuve invitant à la « conversion écologique ». En effet, je n’ai pas été établi ministre du Christ pour éduquer à une « citoyenneté écologique », dont le fruit « merveilleux » serait « [d’] éviter l’usage de matière plastique et de papier, réduire la consommation d’eau, trier les déchets », ou encore de planter des arbres : je ne me sens guère l’âme d’un Obélix…

    Plutôt que d’analyser le bon ou le moins bon de cette vision écologique – ce n’est point mon domaine – je voudrais souligner l’essentiel de ces lignes, qui me semble ailleurs. Non point insister sur la conversion à laquelle le pape appelle, mais montrer la conversion déjà réalisée et dont ces lignes témoignent.

    Les hommes d’Eglise n’y agissent plus en tant que ministres de Dieu pour diriger les âmes vers le Ciel, mais comme serviteurs de cette terre, dont ils attendent qu’elle devienne le nouveau jardin d’Eden décrit par Teilhard de Chardin, explicitement cité (note 53).

    Leur but n’y est plus de servir l’unique vrai Dieu, mais l’Homme dans son accomplissement présent, l’homme considéré avec le faux prisme du personnalisme, c’est-à-dire toujours comme fin et non plus comme objectivement finalisé ”
    (…)
    http://laportelatine.org/publications/editos/2015/15_07_conversion_ecologique_abbe_de_la_rocque.php

  5. Myriam dit :

    Dieu créa le monde….et tout ce qui est nécessaire à l’homme…

    Lucifer veut la mort de l’homme en lui supprimant le pain…..
    En supprimant les semences naturelles, en les côtant en bourse.

    Monopole aux Cies mondialistes ….

    Ce n’es plus de l’écologie de supermarché c’est un combat
    Pour notre survie!!!

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »