En Une

Elections régionales : pensez au respect de la vie

Commentaires (5)
  1. Denis Merlin dit :

    Mgr Pontier parle à ses confrères comme on parle à des petits enfants. Il n’a pas d’ordre à leur donner, ni même d’instruction !

  2. Patrice ROUBY dit :

    il y a quand même une évolution dans ce texte, puisque la défense des valeurs pour la vie y sont explicitement exprimées. Les changements au sein de l’épiscopat français sont toujours trop longs mais les positions conservatrices sont beaucoup moins attaquées que précédemment et cela est une bonne chose.
    Prions pour Monseigneur Rey et Monseigneur Aillet, ils sont l’avenir de l’Eglise de France.

  3. montecristo dit :

    Je suis chrétien mais je ne me relierai pas à l’autorité de la CEF !

  4. Denis F dit :

    Après toutes ces consignes de vote déguisées, reste-t-il quelqu’un d’éligible qui trouve grâce à ses yeux?

  5. c dit :

    La CEF et de nombreux évêques de France malheureusement et depuis des décennies (mais il n’y a pas qu’en France) n’ont pas eu des initiatives très courageuses et très heureuses par rapport à la vie politique de leur pays; et de toute façon il faut laisser à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu.
    Pour les prochaines élections dites régionales mais en faite complètement nationales voire plus encore dans une Europe des régions pour mieux encore détruire les nations, il semble évident que la première chose à faire c’est par nos votes d’essayer de déstabiliser le système en place depuis des décennies et qui sert tout sauf les intérêts réels de la France.
    Les bonnes intentions de certains candidats et leur déclaration de catholiques convaincus en font parfois voire plus encore pour certains des idiots utiles de partis qui, quelle soit la couleur politique, se servent d’eux pour gagner les quelques pourcentages de voix qui pourraient leur manquer mais qui une fois élus, sont depuis des années néfastes pour la France. De toute façon un monde politique parfait n’existe pas sur terre et que la “démocratie” entraîne de facto un clientélisme dévastateur et d’autant plus que cette dite “démocratie” veut de plus en plus gérer ce qu’elle n’a pas à gérer et notamment les points non négociables si bien définis lors du précédent pontificat.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »