Perepiscopus

2016 : 150e anniversaire de l’arrivée de Ste Bernadette à Nevers

Article précédent
Le massacre des innocents
Commentaires (6)
  1. joëlle dit :

    pauvre Bernadette les sœurs l’on fait souffrir elle en à bavée !!! la pauvre !!!

  2. Élisabeth dit :

    Sur sa vie quotidienne de sœur de la Charité de Nevers, Bernadette dit

    “Je ne vivrai pas un instant que je ne le passe en aimant
    J’aurais toujours assez de santé mais jamais assez d’amour.
    Le premier mouvement ne nous appartient pas,mais le second nous appartient.”

    Courrez prier devant Sainte Bernadette…elle vous apportera beaucoup de grâces !

  3. joëlle dit :

    pauvre Sainte Bernadette les sœurs l’on fait souffrir , elle en à bavée !!!

    1. Ultima dit :

      Testament spirituel de Sainte Bernadette Soubirous :

      « J’ai peur, merci mon Dieu .

      « pour la misère de père et mère, la ruine du moulin, le madrier de malheur, le vin de lassitude, les brebis galeuses, merci mon Dieu !

      Bouche de trop à nourrir que j’étais, pour les enfants mouchés, les brebis gardées, merci !

      Merci, mon Dieu, pour le procureur, le commissaire, les gendarmes, et les mots durs de l’abbé Peyramale !

      Pour les jours où vous êtes venue, Notre-Dame Marie, pour ceux où je vous ai attendue, je ne saurais vous rendre grâce qu’en Paradis !

      Mais pour la gifle de Mlle Pailhasson, les railleries, les outrages, pour ceux qui m’ont crue folle, pour ceux qui m’ont crue menteuse, pour ceux qui m’ont crue avide, merci Dame Marie !

      Pour l’orthographe que je n’ai jamais sue, la mémoire des livres que je n’ai jamais eue, pour mon ignorance et ma sottise, merci !

      Merci! Merci ! Car s’il y avait eu sur terre fille plus ignorante et plus sotte, c’est elle que vous auriez choisie…

      Pour ma mère morte au loin, pour la peine que j’ai eue quand mon père au lieu de tendre les bras à sa petite Bernadette m’appela « Sœur Marie Bernard », merci Jésus !

      Merci d’avoir abreuvé d’amertume ce cœur trop tendre que vous m’avez donné !

      Pour Mère Joséphine qui m’a proclamé bonne à rien, merci !

      Pour Mère Maîtresse, sa voix dure, sa sévérité, ses moqueries, et le pain d’humiliation, merci !

      Merci d’avoir été celle à qui Mère Marie-Thérèse pouvait dire : « Vous n’en faites jamais d’autres ! »

      Merci d’avoir été cette privilégiée des semonces dont mes Sœurs disaient : « Quelle chance de n’être pas Bernadette ! »

      Merci pourtant d’avoir été Bernadette, menacée de prison parce qu’elle vous avait vue, regardée par les foules comme une bête curieuse, cette Bernadette si ordinaire qu’en la voyant on disait : « C’est ça » !

      Pour ce corps piteux que vous m’avez donné, cette maladie de feu et de fumée, ma chair pourrie, mes os cariés, mes sueurs, ma fièvre, mes douleurs sourdes ou aiguës, merci mon Dieu !

      Et pour cette âme que vous m’avez donnée, pour le désert des sécheresses intérieures, pour votre nuit et vos éclairs, vos silences et vos foudres, pour tout, pour vous absent ou présent, merci Jésus ! »

      Sainte Bernadette…
      Père L.-Hyacinthe Petitot. o.p.

  4. Denis Merlin dit :

    Est-ce que je cauchemarde ou ils ont bel et bien falsifié le portrait de sainte Bernadette ? L’expression de son regard si doux et son allure si modeste et si humble sont changés.

    Jugez vous-même sur ce lien : https://lc.cx/4SSP

  5. Élisabeth dit :

    @Denis
    Ce n’est qu’une photo retouchée qui n’a aucune valeur!
    Depuis le 3 août 1925 , le corps de Bernadette repose dans une chasse de verre située dans La Chapelle de l’ancien couvent de Saint Gildard.
    Bien que le visage et les mains soient recouverts de très fins masques de cire , Bernadette a toujours le même visage très profondément calme avec l’intensité de l’éternité.
    Pour l’avoir vue presque tous les jours , je peux dire qu’elle sait vous communiquer cette sérénité intérieure intense qui rempli votre cœur et vous repartez bouleversée par cette rencontre.
    Prier avec elle devant sa chasse ,elle peut vous accorder d’immenses grâces.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »