Tribune

L’euthanasie du point de vue du philosophe Bertrand Vergely

Commentaires (4)
  1. Pradayrol dit :

    Très très clair! Merci

  2. morel dit :

    quel que soit l’emballage donner la mort à qqun est soit un meurtre soit un assassinat (voir MM Larousse ou Littré)

  3. ROMANOS dit :

    Clair, net, précis et intelligible par le plus grand nombre ; c’est dit en peu de lignes par un professeur de philosophie orthodoxe qui enseigne (entre autre) à “l’Institut Saint-Serge”, à Paris, la faculté de théologie de “l’Archevêché de Tradition Russe en Europe Occidentale et Méridionale” qui est dans le juridiction du Patriarcat Œcuménique (cf. Constantinople).

  4. Laoudal dit :

    Débat assez primaire et hypocrite quant ce sont les ”religieux” qui s’en emparent.

    Tout médecin qui a été confronté à ce problème, et cela a été mon cas pendant trente cinq ans, sait très bien qu’il arrive un moment où ,pour empêcher un malade de souffrir, on est obligé d’augmenter les doses d’opiacés et que la dose ”léthale” flirte alors avec la dose ”thérapeutique”. Où commence l’euthanasie et où finit la lutte contre la douleur?
    Il faut vraiment n’avoir jamais été en responsabilité pour trancher un problème qui n’aurait jamais du sortir de la relation médecin-malade.
    On ne demande pas au prêtre qui confesse où se trouve la limite entre secret de la confession et complicité avec le pénitent!
    A chacun son métier….

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »