Points Non Négociables

Un document concernant les divorcés remariés avant Pâques

Commentaires (4)
  1. Jean-Paul dit :

    “Divorcés-remariés”:
    Il serait mieux, en tant que catholiques, de dire au moins “personnes divorcées-remariées”
    et même encore mieux de dire plutôt “personnes séparées-réengagées”.
    En effet les “divorcés-remariés sont d’abord des personnes non limitées par leur qualité de divorcé
    et le divorce n’est pas vraiment une notion catholique à la différence de la séparation.
    De plus le remariage n’est pas la seule forme de nouvelle union de fait (y compris pacs et concubinage)
    dont traitera probablement le document à venir d’où “personnes séparées-réengagées”.

  2. TM dit :

    “Où l’on retrouve l’enseignement de Jean-Paul II”
    Oui, si vous voulez le voir, vous le verrez. Mais si vous voulez voir la position de Kasper, vous la verrez aussi. Le problème de ce genre de déclarations, comme celle du synode, c’est qu’elles ne pratiquent pas la “ligne claire” (comme en BD) mais la ligne floue, d’un flou plus ou moins artistique. Du coup, tout le monde est content parce qu’il pense pouvoir tirer la couverture à soi. Ça donne raison à tout le monde : du coup, cela couvre d’un voile pudique un schisme de fait très réel qui est en train de s’installer. Au nom d’un même texte, vous aurez des pastorales à 180 degrés qui se mettront en place, chacune pensant avoir la bénédiction pontificale.
    http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/1351170?fr=y

  3. jpb dit :

    Dans le repas de la dernière scène, Jésus pris le pain et le rompis, puis il le donna à tous les disciples, sauf Judas qui en était exclus. Nous sommes tous pêcheurs et affamés, célibataires, mariés où divorcés. Que l’organisation de l’Église, pour diffuser au mieux la bonne nouvelle, n’empiète pas sur le lien direct que le Christ établit avec chaque personne de bonne volonté. On ne doit pas être plus royaliste que le roi, et le pape ne doit pas prétendre prendre la place du Christ. La relation directe de chaque personne humaine avec Dieu n’est pas affectée par les décisions arbitraires de ses fonctionnaires, ce serrait un abus de pouvoir, que l’Histoire dénonce constamment, comme l’Inquisitions et autres joyeusetés. Participer à l’effort mémoriel est offert à tous, quelque soit sa situation, ses erreurs, et ses pêchés. Dieu nous aime avant tout, et nul ne peut se substituer à Lui.

  4. Jean-Christophe dit :

    ” Donne moi à boire ” dit le Seigneur à une femme de Samarie qui avait eu 5 maris et qui vivait avec un homme qui n’était pas son mari.
    Veuve 4 fois ?, ce n’est pas certain ! En tout cas elle vivait en concubinage au moment où elle est allée au puits
    Et si cette femme demandait la communion à Celui à qui elle avait donné à boire ?
    Qu’aurait fait le Seigneur ?

    Que les responsables nous expliquent mieux ce passage des Ecritures pour mieux répondre à la question des Chrétiens divorcés et remariés !

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »