Rome

Cardinal Tauran au Qatar

Commentaires (6)
  1. Philippe Lemaire dit :

    ‘ Le problème n’est pas la religion mais les disciples’, phrase creuse. L’islam est une religion et elle est le problème plus encore que ses adeptes, victimes du diable et d’une vraie prison mentale.

  2. Jean-Marc NAVARRO dit :

    En dehors de l’église du Cœur Sacré de Jésus il n’y a pas de salut.

    1. DUFIT THIERRY dit :

      Oui hors de l’Eglise il n’y a pas de Salut mais c’est une vérité oubliée depuis Vatican II et son œcuménisme mortifère. Il suffit de lire les discours maçonniques du cardinal Tauran : c’est effrayant !!! Hérésie, apostasie, indifférentisme caractérisent le cardinal Tauran.
      O Marie conçue sans péché délivrez nous de ces mauvais pasteurs.

  3. Joseph2 dit :

    D’abord, l’islam n’est pas une religion mais un système politico-religieux, ensuite, contrairement à ce que dit le cardinal, l’histoire montre qu’il n’y a pas de futur partagé possible avec l’islam. Oui il faut un dialogue avec l’Islam mais en disant la vérité. Rien que sur la naissance de l’Islam, racontée par les musulmans, il faut faire savoir que tout est à revoir.

  4. Françoise dit :

    Ce discours d’un cardinal chrétien dans un pays aussi abominable que le Qatar est extrêmement adroit et astucieux pour tenter d’amener à la réflexion des fanatiques islamiques et est un appel à la tolérance, premier pas pour lutter contre la persécution des chrétiens dans ces dictatures musulmanes. Un tel discours je pense ne serait pas possible en Arabie saoudite et vaudrait peut-être à son auteur une arrestation, une lourde peine de prison, la flagellation …un grand merci à ce courageux cardinal.

  5. Tite dit :

    Et bla, bla bla. Et bla, bla bla….

    A quand la demande de réciprocité mosquées en Europe / églises en pays musulmans ?
    A quand l’exigence de la liberté de culte ?

    A force de vivre couché, on attrape des escarres… et c’est très douloureux les escarres. Et cela peut s’infecter et provoquer une septicémie voire, une gangrène… Alors, que reste-t’il comme solution ? L’amputation ou… la mort. Comprenne qui peut.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »