Points Non Négociables

Réflexions sur la papolâtrie pour la fête de la Chaire de Saint Pierre

Commentaires (10)
  1. Philippe Lemaire dit :

    Très bon article plein de lucidité et d’Espérance et qui remet les choses en place.
    Je garde confiance tant que le Vatican ne sera pas devenu la Grande Mosquée et même après…

  2. ROMANOS dit :

    Un long développement pour dire, si l’on comprend bien, que le Souverain Pontife (cf. “Pontifex-Maximus” : titre officiel du “grand prêtre” de la religion païenne de la Rome antique), Pape de Rome, bien que “Vicaire du Christ” (cf. une nouveauté apparue au XIIème siècle, alors que depuis le IIIème siècle les évêques de Rome se disaient plus modestement : “Vicaire de Pierre” !) est faillible en tant qu’homme pouvant être infidèle à l’Esprit-Saint ; mais qu’il peut aussi proclamer les vérités de la Foi (orthodoxe) de l’Eglise, justifiant la définition très tardive du nouveau dogme romain de “infaillibilité pontificale” (Cf. Premier concile du Vatican, 1870 ; légitimant rétrospectivement au passage, la proclamation le dogme de “l’immaculée conception” en 1854, par le seul Pape Pie IX : une nouveauté alors inouïe dans toute l’histoire de l’Eglise universelle !).
    Dans le Saint-Évangile, qui reçoit la promesse que : “l’Enfer ne prévaudra pas contre elle”, sinon l’Eglise (et elle seule) ?

  3. Jean Ferrand dit :

    Papolâtre, c’est adoré le pape. Je ne suis pas papolâtre, je suis papophile.

    De plus, au-dessus du Catéchisme, il y a la parole du Christ : “Qui vous écoute m’écoute. Qui vous méprise me méprise.”

  4. Jean Ferrand dit :

    Signature du concordat par Pie VII. Il présente le document à Consalvi. Vive Pie VII, sous lequel a vraiment commencé le culte du pape, la papophilie en France. Aimer et écouter le pape, c’est aimer Pierre. Aimer Pierre, c’est aimer le Christ.

  5. DECOOL dit :

    Oui la promesse du Christ de ne pas abandonner son Eglise, n’a pas été celle de ne pas laisser errer le successeur de Pierre comme ce fut le cas dans le passé. Je garde foi en ses paroles qui ne passeront jamais, et l’Eglise du Christ, nourrie de ses sacrements, triomphera au dernier jour, qui sera celui de sa victoire définitive.

  6. rocheteau dit :

    que voulait le Père Maximilien dans son long exposé ? trouver une excuse à ses positions contre le pape ?
    on a vite fait aujourd’hui d’être appelés papolâtres ou fondamentalistes …. si l’on veut simplement prendre l’Evangile au pied de la lettre !
    Jésus a-t-il promis oui ou non son assistance à son Eglise et à St Pierre et successeurs ?
    St Paul n’a-t-il pas dit (2tim 2,16) fuis les discours vains et (2tim 2 22-23) rejette les questions folles et inutiles elles engendrent les disputes !
    qu’on ne soit pas d’accord avec le pape, possible, mais si l’on croit Jésus, le pape ne peut se tromper sur l’essentiel ! n’est-ce pas suffisant ?
    faut-il voir des symboles et non la Vérité simple et sûre dans ce que nous dit le Christ par ses Apôtres ?
    que Marie soit notre Etoile qui nous conduit vers le Seigneur

  7. Pauvre pécheur que je suis dit :

    Ce n’est pas de commettre une erreur qui est le plus grave des péchés, c’est tout simplement de refuser de se relever comme plusieurs d’entre nous. Parfois, il y a des mises en interrogations par le chef de l’Église ou un autre, c’est important de demander la sagesse de l’Esprit Saint d’en faire la différence, le courage de dénoncer une situation et de savoir être bien disposé à l’écoute. + + +

  8. Ultima dit :

    « Quand on aime le Pape, on ne discute pas au sujet des mesures ou des ordres qu’il donne ; on ne recherche pas jusqu’où doit aller l’obéissance, et quelles sont les choses dans lesquelles on doit obéir. Quand on aime le Pape, on n’objecte pas qu’il n’a pas parlé assez clairement, comme s’il était obligé de répéter à l’oreille de chacun ses volontés clairement exprimées, tant de fois, non seulement de vive voix, mais encore par des lettres et d’autres documents publics ; on ne met pas en doute ses ordres, sous le prétexte, si facile pour celui qui ne veut pas obéir, que ce n’est pas le Pape qui commande, mais ceux qui l’entourent. On ne limite pas le champ où son autorité peut et doit s’exercer. On ne préfère pas à l’autorité du Pape celle d’autres personnes, si doctes soient-elles, qui ne sont pas du même avis que le Pape : car, si elles ont la science, elles n’ont pas la sainteté, parce que celui qui est saint ne peut être en dissentiment avec le Pape.»
    (Saint Pie X, discours aux prêtres de l’union apostolique, 18 Nov.1912)

    1. rocheteau dit :

      merci Ultima pour ce bon discours de Saint Pie X
      trop de chrétiens (depuis trop longtemps et à droite comme à gauche -Jean XXIII, le pape martyr Paul VI, Jean Paul ier le saint Jean Paul ii, ce cher Benoit XVI ont subi leurs sarcasmes) se croient aujourd’hui plus catholiques que le pape et se permettent de le critiquer, de le juger sans modestie ni pudeur, car eux savent mieux que quiconque tout ce qui concerne l’Eglise la doctrine et la loi de Dieu
      qu’aurait pensé Notre bon Seigneur Jésus de ces nouveaux pharisiens ?

  9. Françoise dit :

    En quelle année frère Maximilien a t il écrit ces merveilleuses réflexions ?

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »