Formation

L’indulgence, un historique par Michel Poirier

Commentaires (3)
  1. C.B. dit :

    Il est bien difficile, avec la mentalité comptable de la France laïcarde (qui influence toutes nos manières de penser) de se mettre à la place des fidèles d’il y a quelques siècles.

  2. ROMANOS dit :

    Merci pour cet exposé documenté et circonstancié sur l’évolution et les dérives de la pratique de la notion “d’indulgence”, rencontrées au sein de l’Eglise d’Occident.
    En accordant l’absolution au “pêcheur-repenti”, l’Eglise orthodoxe ne lui impose aucune pénitence, à la suite de l’exemple du Divin Maître (cf. : “Tes pêchés te sont remis” ; désormais : “va et ne pêche plus”).

    Précision : à l’origine, l’EXCOMMUNICATION était le nom donné à la longue période d’exclusion des pêcheurs publics, de la vie liturgique de l’Eglise. Ils avaient alors interdiction de pénétrer dans l’église (cf. naos) et devaient se tenir exclusivement sur son seuil (cf. pro-naos / narthex).

  3. L’auteur de l’article dont on vient de lire ci-dessus une partie, Michel POIRIER, s’étonne que son texte ait été ainsi aspiré à partir du site de Dieu Maintenant sans qu’on ait préalablement envoyé à Dieu Maintenant (ce site affiche une possibilité de contact par mail) une demande d’autorisation, ni même au moins une information. Il souhaite qu’il soit clair qu’il n’est pas un collaborateur de Riposte Catholique, et que l’orientation générale des articles que l’on peut lire sur ce site n’est pas la sienne. Même s’il se réjouit que sa mise au point “documentée et circonstanciée” (voir le commentaire précédent) sur les indulgences soit ainsi largement diffusée.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »