Tribune

Existe-t-il un gène gay?

Commentaires (7)
  1. Jean-Pierre JOLY dit :

    Je ne suis pas persuadé que l’homophobie que vous essayer de cultiver ici soit une bonne idée. Si le passage a l’acte est condamnable il en vas pas de même des homosexuels ou bisexuels. Renier la pulsion de certains, est ni plus ni moins que du négationnisme intégriste, voir une dérive sectaire angélisme, hors Dieu nous a pas fait ange, mais homme.
    ils s’agirait de simplement respecté la création de dieu même si elle ne nous conviens pas . A ce que je sache il existe pas de gêne de pyromanie, d hétérosexualité, du fait certain aime certain aliment et détestes d autres, de meurtrier en série etc..
    Je connait des personnes qui sont homosexuel et kto, qui donc vivent dans le combats ci particulier de lutté contre leurs pulsions. Ces personnes me font ressentir le plus grand respect pour elles.
    Imaginé vous 5 mn à la lutte durant toute votre vie contre vos tendance sexuel naturel ( pour plus handicaper du sens de l empathie, si comme moi vous êtes hétérosexuel imaginé qu’on vous demande de luté contre vos attirance naturel en partenaires sexuel, et pire de vous forcer à coucher avec une personne du même sexe par c’est la norme impose par d’autre personne ( je rappelle que c’est le passage à l’acte que Dieu condamne)).
    Donc, voila si le passage à l’acte est une horreur, Il en vas pas de même des personnes qui sont différent de nous, qui lutte toute leurs vie avec parfois des défaites mais continu à lutté pour l’amour du Christ. Ce genre d’article ne vas tous simplement pas dans le bon sens, celui de Dieu et du message papale je vous le rappelle. comment en temps que chrétien peu ont faire paraître et édite de tels chose? Y a des choses qui appartienne qu’a Dieu, pas aux homme et pas a la prétendu sciences qui change avec le temps.

    1. Y.Castel dit :

      Je ne suis pas certain qu’il soit utile ou constructif de balayer cette intéressante étude d’un revers de main, sous prétexte d’homophobie. Ce n’est ni scientifique, ni chrétien. Il est bon de rappeler que l’homosexualité peut être assimilée à une pathologie, puisque des gens en souffrent, mais qu’elle est surtout un trouble du comportement, un écart de conduite, une déviance qu’il me paraît bien hasardeux de corréler à la schizophrénie, surtout dans un jargon qui confond trouble de l’identité et trouble de l’orientation sexuelles.

      A la question posée de savoir s’il existe un gène gay, qui arrangerait bien les militants LGBT, il nous est répondu que s’il existe, il est forcément lié à “l’homopholie” dont ils font preuve. Je n’adhère pas à cette thèse génétique, bien sûr, mais je salue l’initiative idéologique. Elle a le mérite de contredire les supposés pseudo-scientifiques qui ont permis, outre de déclassifier l’homosexualité des maladies mentales, d’autoriser le lobby gay à siéger à l’ONU en déclarant “normal”, c’est à dire dans la norme, ce qui ne l’est pas. Un comble !

      Vous avez tout à fait raison de vous mettre, cinq minutes, dans la peau d’un homo, qui a connu autrefois à peu près ce qu’endure un pédo aujourd’hui, mais poussez le raisonnement, l’expérience ou la charité un peu plus loin. Que diriez-vous de qualifier d’horreur, votre passage à l’acte ? N’êtes-vous pas un homme, un pécheur, un enfant de Dieu comme eux ? La réponse n’est pas, vous en conviendrez, dans votre patrimoine génétique, ni dans une anomalie chromosomique, mais dans notre appartenance à la gent masculine, l’espèce humaine et la famille chrétienne.

      C’est à peu près la même réponse que je ferai à cet article sur la chronique d’une homosexualité annoncée: je suis pécheur parce que je suis humain et je suis humain parce que je suis pécheur, que je sois homo ou pas.

  2. Hebrac dit :

    Je n’ai pas l’impression que M. Joly, par ailleurs gravement brouillé avec la langue française, ait compris un traître mot de l’article, au demeurant complexe, de Benjamin Leduc.
    Quoi qu’il en soit, et restant sauf l’exercice de la responsabilité individuelle de chaque être humain, il est tout à fait intéressant de suivre les recherches sur les causes possibles du handicap affectif que constitue l’attraction homosexuelle. Mieux connaître les causes permettra peut-être de proposer des voies de guérison plus efficaces pour ceux qui ne se résignent pas à cette situation non conforme à la vocation naturelle de l’homme ou de la femme.

  3. sygiranus dit :

    N’embrouillons pas le problème ! Dieu a créée les hommes pour qu’ils se reproduisent et multiplient les âmes qui l’aiment et l’adorent. Le péché originel a gâté l’harmonie établie et introduit des possibilités de distorsions d

  4. berjan dit :

    Dans la bible le sujet en question est banni. Dieu nous a crée homme ou femme avec des gênes bien particuliers, pour la procréation. Si quelques personnes sont différentes cela peut remonter à l’enfance. Il faut être vigilant dans l’éducation et la formation de nos jeunes, j’ai deux garçons bien dans leur peau d’homme …
    Je sais bien que cela remonte aux calendes grecques …..pourquoi ? quelle réponse apportée ?

    1. Cyril Brun dit :

      Pour ce qui est des calendes grecques, une précision sur la question dite homosexuelle chez les grecs.

      Il ne s’agit pas du tout d’une homosexualité affective ni d’une orientation sexuelle. Il s’agit de la pédérastie qui est un système éducatif par lequel un adulte prend en charge l’éducation d’un éphèbe. Ceci selon des modalités différentes entre Athènes et Sparte par exemple, mais fixées par la cité et très encadrées dont l’objectif est de conduire aux rapports hétérosexuels dans le mariage.
      Tous les mythes liés à l’homosexualité ont pour but la relation hétérosexuelle. Ainsi si Zeus se transforme en femme pour séduire Callisto c’est pour l’amadouer et avoir avec elle un rapport ensuite de type hétérosexuel.
      Lycurgue, le législateur de Sparte précise qu’en dehors de ce cadre strictement posé par la cité, les relations entre hommes sont des déviances.
      Quoique l’on pense de l’homosexualité aujourd’hui, elle est sans aucun rapport avec la pédérastie grecque quoique l’on pense également de celle-ci.

  5. karr dit :

    La recherche scientifique est très importante,l’homosexualité est extrêmement difficile à vivre pour la personne concernée ainsi que pour son entourage,les parents,la famille en général,et en particulier pour les personnes dont les tendances sont visibles extérieurement.
    Il y a toujours eu des hommes et des femmes qui ont pu dissimuler leur nature et ainsi donner le change,mais combien d’autres en sont arrivés à se donner la mort!
    L’homosexualité est une lourde croix à porter,il serait utile de savoir combien d’homosexuels en vérité souhaiteraient ne pas l’être,aujourd’hui la solution trouvée est la gay pride,nous savons tous qu’il s’agit d’une fausse libération tout comme le “mariage” entre personnes du même sexe et l’horreur de l’adoption.
    Je compare l’homosexualité à une difformité ,le regard des personnes “normales” ne sera jamais le même malgré tout sur un individu handicapé et sur celui qui ne l’est pas.
    Comment fut perçue l’homosexualité dans le passé?
    Le XVI ° siècle italien semble avoir été une époque plus tolérante que dans les pays protestants par exemple .

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »