Perepiscopus

La miséricorde et l’islam

Commentaires (20)
  1. sygiranus dit :

    Merci, Monsieur l’Abbé! Merci de cet aperçu si clair et d’aplomb qui contraste tant avec les positions antipodiques de trop de clercs de tous niveaux.

  2. oscar48 dit :

    Si nous sommes arrivés à une telle confusion au point de vouloir nous mélanger aux musulmans, c’est que nous sommes encore des bébés spirituels.
    La miséricorde réelle découle de la charité, la mère des vertus.
    Or,le préalable pour avoir la charité, c’est avoir la grâce des vertus de l’obéissance et de l’humilité.
    La question est de savoir les chrétiens connaissent cette subordination de la miséricorde à la charité?

  3. Philomène dit :

    Tant que Jésus n’a pas transpercé notre cœur égoïste, on ne peut comprendre ce qu’est la miséricorde, ni l’amour divin.

  4. HAMADOUCHE dit :

    Ce qui me désole, c’est que tout le monde, y compris le monde ecclésiastique s’est lancé dans une défense acharnée de l’indéfendable.
    Merci abbouna Pagès.

    1. claude dit :

      J’ai lu le Coran il y a 35 ans. Depuis, chaque fois que je le peux, je cite quelques versets de terreur. En général mes interlocuteurs sont stupéfiés. Merci à Mr l’Abbé Pagès pour son travail approfondi. Mais comme l’écrit Hamadouche si justement, comment ouvrir les yeux des clercs face à l’indéfendable? Pourtant St Thomas d’Aquin avait déjà bien cerné la question dans la “Somme contre les Gentils” !

      “Mahomet a séduit les peuples par des promesses de volupté charnelle au désir desquelles pousse la concupiscence de la chair. Lâchant la bride à la volupté, il a donné des commandements conformes à ses promesses, auxquels les hommes charnels peuvent obéir facilement. En fait de vérités, il n’en a avancé que des faciles à saisir par n’importe quel esprit médiocrement ouvert. Par contre, il a entremêlé les vérités de son enseignement de beaucoup de fables et de doctrines les plus fausses. Il n’a pas apporté de preuves surnaturelles, les seules à témoigner comme il convient en faveur de l’inspiration divine, à savoir quand une œuvre visible qui ne peut être que l’œuvre de Dieu prouve que le docteur de vérité est invisiblement inspiré. Il a prétendu au contraire qu’il était envoyé dans la puissance des armes, preuves qui ne font point défaut aux brigands et aux tyrans. D’ailleurs ceux qui dès le début crurent en lui ne furent point des sages instruits des sciences divines et humaines, mais des hommes sauvages, habitants des déserts, complètement ignorants de toute science de Dieu, dont le grand nombre l’aida, par la violence des armes, à imposer sa loi à d’autres peuples. Aucune prophétie divine ne témoigne en sa faveur ; bien au contraire, il déforme les enseignements de l’Ancien et du Nouveau Testament par des récits légendaires, comme c’est évident pour qui étudie sa loi. Aussi bien, par une mesure pleine d’astuces, il interdit à ses disciples de lire les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament qui pourraient les convaincre de fausseté. C’est donc chose évidente que ceux qui ajoutent foi à sa parole croient à la légère.”

      Thomas d’Aquin.

  5. Denis Merlin dit :

    Le Père Salenson ancien directeur d’un séminaire inter-diocésain ! Son aspect est celui d’un militant marxiste.

    Magistral exposé de l’abbé Pagès, dont je retiendrai en particulier cela pour trouver un lien entre le Père Salenson et l’islam:

    « Si Allah fait le mal (Coran 113.2 ; 15.39 ; 38.82 ; 91.7), de deux choses l’une : ou bien Allah se renie lui-même en tant qu’il est Un, et dans ce cas il n’y a pas plus de miséricorde en islam que ce qu’il y a d’islam, puisque la profession de l’unicité divine est le tout de l’islam (Coran 112 ; Jc 2.19), ou bien il n’y a pas de différence entre le bien et le mal, et dans ce cas il n’y a pas non plus de miséricorde possible… »

    Cela me rappelle ce qu’enseignait le Père Barbara au sujet de l’islam: un matérialisme saupoudré de quelques superstitions. Dans le fond les marxistes étaient des musulmans qui s’ignoraient. Les superstitions apportent un peu de consolation lorsque l’on constate l’absurdité de l’existence si tout s’arrête à la mort. L’islam parle du divin, du surnaturel et cela qui est recherché dans l’islam par les masses musulmanes selon Benoît XVI.

    Maintenant concluons au sujet des enseignements dont rend compte le cher abbé Pagès: cet enseignement de haine et désordre est contraire à l’ordre public universel et à l’ordre public français (Liberté, égalité, fraternité), soit vérité de la liberté, vérité de l’égalité et vérité de la fraternité. C’est pourquoi ce n’est pas contre l’islam qu’il faut lutter mais pour l’ordre public français, l’authentique ordre public. Cela permettra d’assainir la France de beaucoup de mal: avortement, contraception, mariage civil, appels à l’homicide sous couvert de religion, laïcisme comme contraire à la liberté religieuse, écologisme comme contraire à la liberté et au développement etc.

    Le salut viendra des laïcs, car c’est sur eux que repose le retour à l’ordre. Ils sont libres dans leur sphère (voir le Compendium 569.2)

    « Dans cette situation, certains critères fondamentaux se révèlent utiles: la distinction et en même temps le lien entre l’ordre légal et l’ordre moral; la fidélité à sa propre identité et, en même temps, la disponibilité au dialogue avec tous; la nécessité que, dans le jugement et dans l’engagement social, le chrétien se réfère à la fidélité, triple et indissociable, aux valeurs naturelles, en respectant l’autonomie légitime des réalités temporelles, aux valeurs morales, en promouvant la conscience de la dimension éthique intrinsèque de chaque problème social et politique, et aux valeurs surnaturelles, en accomplissant sa tache dans l’esprit de l’Évangile de Jésus-Christ. »

    Songeons que aujourd’hui pour faire régner l’ordre public chez elle, l’Église fait appel aux institutions laïques. Par exemple pour lutter contre la pédophilie des prêtres et parfois du haut clergé, elle fait appel aux institutions judiciaires laïques. Cet exemple nous permettra de remonter aux principes.

    Ce ne sera que dans un engagement contre la corruption des institutions, y compris religieuses, et par la libre ouverture au transcendant donc à la fraternité que pourra se régler le problème de “l’islam” (comme si “l’islam” était quelque chose d’autre qu’une négation de l’ordre public) et le clergé aujourd’hui qui appuie la négation de la liberté religieuse et l’ordre public par les laïcistes et l’islam n’a pas sa place dans l’ordre politique. (Sur la notion d’ordre public comme ensemble de valeurs fondamentales, je renvoie à la définition donnée par Jean-Paul II si mes souvenirs sont bons)

    Car ce à quoi nous avons assisté depuis le règne de Paul VI en particulier, c’est à une diminution de la liberté religieuse et culturelle dans l’Église et par conséquent dans la société politique.

    Autrement dit, ce que nous devons vouloir, c’est le Christ-Roi, “source féconde d’amour et de liberté” et protecteur de la liberté religieuse, droit-pivot des droits de l’homme. Les valeurs surnaturelles confortent les valeurs morales, les valeurs morales fondent les valeurs naturelles.

    Ne luttons donc pas principalement contre le mal, mais luttons principalement pour l’ordre public et ses valeurs.

  6. remy dit :

    Remarquable de clarté!
    Merci à l’abbé Pagès pour ces arguments et ces références précises.

    Il nous reste à les faire connaître autour de nous, en particulier aux naïfs victimes de ces discours hérétiques de certains courants d’église.
    Du moins quand ces naïfs ne sont pas trop sectaires, car le mal chez les chrétiens occidentaux est profond. Beaucoup sont dans le déni de réalité, refusent et n’écoutent même pas les arguments rationnels qu’on essaie de placer … La fermeture d’esprit, le sectarisme …

  7. Hervé Soulié dit :

    Merci à vous, cher et courageux abbé Pagès.
    Et honte aux dhimmis comme le prêtre ( mais de qui ? ) Salenson.

  8. FRERE ELIE dit :

    il y a un seule chemin une seule vérité c est JESUS CHRIST mais par DIEU comme on veut nous faire croire

  9. Quel courage et quelle intelligence des choses de la foi ! Bravo père Pagès! Pourvu que vous ne soyez pas persécuté par ceux qui devraient défendre notre sainte religion! MV

  10. Yous dit :

    En tant que connaisseur de l’Islam, je ne peux que constater que Père Pages connaît trop bien l’Islam pour le contredire.
    Quant aux autres, qui défendent l’Islam, je ne peux que leur demander humblement, de s’abstenir de commenter ce qu’ils ignorent. L’abstention dans ce cas là fait partie de la miséricorde divine. La non abstention serait une insulte à cette même miséricorde!

  11. Rolland Gérard dit :

    Au delà du discours religieux, ce qui me séduit également chez l’Abbé Pagés, ce sont ses démonstrations de logique et de bon sens indiscutables et incontournables qui débouchent inexorablement sur un CQFD magistral.
    Tous ses écrits devraient être traduits en arabe !

  12. Pauvre pécheur que je suis dit :

    Très beau texte sans toutefois chercher à vouloir toujours maintenir les portes fermées sur nous-mêmes. C’est Charles de Foucauld qui recommandait de rechercher le dialogue. Est-ce encore possible ? Est-ce nous qui avons peur ? Est-ce nous qui manquons de grâces et d’audace dû à la faiblesse de notre foi ?

    Oui, à la lecture du coran, c’est difficile et pourtant, il y a toujours eu des chrétiens dans le monde difficile des musulmans.

    La faiblesse de notre foi provient bien plus dans notre monde de l’éducation et de ce monde terrible d’une fausse laïcité vers l’athéisme. Prions + + +

  13. ans dit :

    Beaucoup d’évêques ont ouvert les portes de leurs cathédrales pour lancer l’année de la Miséricorde divine, mais ils n’ont pas ouvert les portes de leurs cœurs. Que de prêtres missionnaires en France sans paroisse!!! Les musulmans ont raison de dire que la Miséricorde est une vertu divine, l’être humain n’en est pas capable. Par exemple, les évêques français qualifient les “prêtres missionnaires” de ”prêtres étrangers” ou de ”prêtres venus d’ailleurs”: ce sont des expressions malheureuses! ils envisagent d’écrire une charte pour accueillir les prêtres missionnaires; ils oublient que SEUL L’Évangile constitue une Charte pour accueillir tout homme chrétien ou non, et à plus forte raison un homme-Prêtre: “J’étais étrangers et vous m’avez accueilli”. Dans notre Église, nous sommes très riches en paroles et pauvres en actes. Il ne faudra pas que le droit canon prime sur l’Évangile au risque de ressembler aux scribes et aux pharisiens qui privilégiaient la loi humaine au détriment de la miséricorde divine…

  14. karr dit :

    Je réside dans le diocèse de Nîmes et j’apprends par une directrice d’un établissement “catholique” que ce prêtre en chemisette rayée prêche des retraites dans des abbayes et même à la Grande Chartreuse,inutile de se demander pourquoi les vocations monastiques sont si rares.

  15. Bourgeois dit :

    Vous savez, Père, les chiens, les derniers fidèles disciples du Christ, pourront aboyer tant qu’ils le pourront ; cela n’empêchera pas de passer la caravane des apostats conciliaires qui marchent la main dans la main avec les hérodiens actuels, les franc-maçons de tous poils.
    Que pouvons-nous représenter, à coté de la CEF ; François appelle à cette hérésie de la fausse miséricorde prétendument partagée par toutes les religions et futur ciment de la religion syncrétique qui prend forme sous nos yeux ébahis.
    Quand est-ce que les Évêques et les Cardinaux lucides se décideront-ils à passer à la contre-offensive ? Car, qui ne dit mot consent ! Jusqu’où peut-on consentir sans devenir complice?
    Voudrait-on pousser Jésus à l’intervention, on ne s’y prendrait pas autrement !
    L’Église, comme les grand-prêtres à l’époque, ne sont-ils pas en train de crier à Jésus : « Descend de ton ciel ; sinon crève !» ?
    Le Pape émérite semble amorcer, ces derniers temps, une réaction. Puissent les Cardinaux Burke et Sarah et les Évêques encore dignes de ce nom, en profiter pour foncer sus au Dragon !
    Il n’y a plus de temps à perdre !
    Je suis persuadé que Jeanne d’Arc, Saint Michel et les autres, nous attendent ; car nous avons l’arme efficace.
    Coupons l’herbe sous le pied des hérétiques, obtenons par la supplication soutenue de notre Divin Sacrifié de montrer la puissance de son amour en accordant la conversion aux musulmans et à ses autres ennemis, qui, alors, avec nous, emporteront la victoire contre le mensonge.
    https://asasuite.wordpress.com/2015/03/31/si-on-se-decidait-a-ouvrir-les-yeux/
    Êtes-vous d’accord ?

  16. soleily dit :

    J’aimerais bien connaître la réponse du père Salenson…

  17. Bourgeois,

    Merci pour votre message et le lien que vous nous donnez. Que faire ? Comme le disait quelqu’un de bien connu : “Travailler comme si tout dépendait de nous et prier comme si tout dépendait de Dieu.”, pour, avec saint Paul “en sauver au moins quelques uns (1 Co 9.22)…

    Je profite de ce message pour remercier aussi tous les autres internautes qui se sont manifestés sur ce forum et refusent leur islamisation programmée en rendant témoignage à la Vérité.

  18. Laurent dit :

    Très cher Abbé Pages, merci pour votre texte clair comme d’habitude.
    Comment se fait-il que vous soyez si seul à faire ce travail de vérité si salutaire pour les âmes?
    Depuis Vatican 2 il semble que Rome à perdu la foi surtout le dogme “hors de l’église point de salut” qu’ elle ne veut plus entendre. Il ne faudrait plus convertir mais dialoguer ! Quel hérésie sachant qu’ eux sont dans une logique universaliste de domination mondiale…
    Pourtant la première oeuvre de miséricorde ( mot dont les modernistes abusent ) n’est elle pas d’avertir les pécheurs et infidèles que si ils meurent ainsi ils vont périr éternellement en enfer ? Jésus à bien dit ” Je suis le chemin, la vérité et la vie, nul ne va au père sans passer par moi ” Dieu ne change pas, sa vérité est éternelle aujourd’hui comme hier comme il y a 2000 ans…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »