En Une

Pour l’Etat le mariage ne concerne que les individus et non plus la cité

Commentaires (6)
  1. Germain BERTRAND dit :

    Bravo Monseigneur de Poitiers

    Dieu vous garde

    Garmon

  2. Denis Merlin dit :

    Mgr Wintzer rappelle quelques vérités sur le mariage. Le mariage est une réalité sociale dépassant le strict point de vue du contrat privé. Le mariage a une dimension publique aussi bien dans l’Église que dans l’État. Certes, bravo Monseigneur. Mais… s’il commence comme cela, c’est pour mieux détruire la doctrine catholique.

    Il conclut, in cauda venenum, que du moment que le ministre de la grâce est le diacre, le prêtre ou l’évêque ceux-ci pourraient, donner la grâce à une union sexuelle qui ne serait pas un sacrement ni même une union rappelant le mariage. Donc, en réalité, il veut désacraliser le mariage, voire le détruire à la racine en le noyant, le relativisant.

    Son raisonnement est le suivant: puisque le mariage est sacré et public, sacralisons des unions qui ne sont pas des mariages, nous aurons tout sacralisé. Si tout est sacré, rien n’est sacré. Malin l’évêque ! (Rappel, le mot “sacré” signifie “mis à part pour Dieu”).

    Il aura bien mérité de la doctrine maçonnique:

    « Relativement à la société domestique, voici à quoi se résume l’enseignement des naturalistes. Le mariage n’est qu’une variété de l’espèce des contrats; il peut donc être légitimement dissout à la volonté des contractants. Les chefs du gouvernement ont puissance sur le lien conjugal. (…) Toutes ces mesures hâtent la réalisation prochaine du projet de changer l’essence du mariage et de le réduire à n’être plus qu’une union instable, éphémère, née du caprice d’un instant et pouvant être dissoute quand ce caprice changera. »

    http://w2.vatican.va/content/leo-xiii/fr/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_18840420_humanum-genus.html

    Du caprice ? Léon XIII n’imaginait pas probablement jusqu’où pourrait aller l’audace des naturalistes… jusqu’au “mariage homosexuel”… Le caprice absolu…

    Puisque toutes les unions domestiques ne sont que des contrats comme le mariage n’est qu’un contrat public, nous dit Mgr Wintzer, le mariage n’est qu’une variété des unions domestiques. Toute société domestique doit donc recevoir la grâce par le ministère des prêtres. Vivent la loi Taubira et la polygamie bénies par l’Église catholique !

    Madiran disait que nous étions dans l’Église dans une situation insurrectionnelle. Cela se discute, mais cela peut raisonnablement se discuter…

  3. rosme dit :

    En bref, tout semble bien réfléchi et exprimé, mais Mgr se débrouille pour affirmer à la fin de son analyse que Dieu bénit le mariage et le divorce. Il fallait y parvenir!

  4. jpm dit :

    héritage de Rousseau et du contrat social !

  5. Jean dit :

    En la matière, aucun homme d’Eglise n’a rien à dire aux hommes politiques, car 3/4 des clercs pratiquent l’homosexualité: que savent-ils du mariage pour donner des leçons aux autres…ils communient alors que les divorcés remariés ne communient pas: c’est ça l’Evangile? C’est injuste!

  6. AL dit :

    Jean , vos propos sur les clercs sont inadmissibles … comment osez vous dire que 3/4 des clercs pratiquent l’homosexualité ? connaissez vous “intimement” tous les clercs de la terre depuis la naissance de l’Eglise ?
    Les hommes d’Eglise ont bien des choses à dire aux hommes politiques, n’oubliez pas que l’Eglise a un rôle social et assure la stabilité de la société, ce que revendiquent par ailleurs les hommes politiques sans avoir la même notion du vrai Bien que les hommes d’Eglise.
    Les hommes d’Eglise savent mieux que quiconque ce qu’est le mariage : ils ont vécu, étant enfants, dans une famille entre un père et une mère, ils côtoient des familles dans leurs paroisses, et surtout ils confessent et ils confessent des couples mariés qui leur ouvrent leur coeur au plus intime, dans des confidences qui vont certainement plus loin que les petites confidences que se font un homme et une femme au quotidien car cela touche à l’âme et à tout ce que l’on n’ose pas avouer à son conjoint.
    Il faut cesser d’accuser l’Eglise et ses clercs de tous les maux de la terre et du pire.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »