Perepiscopus

Sévices sexuels : Mgr Lalanne passe la main

Article précédent
Belle Fête-Dieu !
Commentaires (5)
  1. B.H. dit :

    Manifestement il était monté au créneau médiatique pour alléger un peu la pression sur le Cardinal Barbarin. Malheureusement avec sa déclaration très contestable, scandaleuse même, sur la relation entre objectivité et imputabilité pour ce qui concerne les actes de pédophilie (débat théologique réel à propos de tous les péchés, mais inaudible dans le contexte actuel), il en a remis une couche sur la pression médiatique au lieu de donner un peu d’air. Mais c’est sûrement sa volonté de ne pas voir la perversion politique dans cette affaire qui en est responsable: les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière ! Mais les fils de la lumière ne sont pas obligés d’être naïfs, “purs comme des colombes” qu’ils n’oublient pas aussi d’être “rusés comme des serpents” selon les paroles même de Jésus adressées à ses disciples.

    1. Y.Castel dit :

      Cela fait du bien de lire, de temps en temps, de lire un commentaire intelligent à la suite d’un article assez indigent au titre accrocheur (Sévices sexuels !) qui se contente d’édulcorer la soupe immonde de l’AFP !

  2. JB dit :

    Vous avez des comptes personnels a regler avec mgr Lalanne en particulier ?
    C’est en tout cas l’impression de vos fideles lecteurs Val d’Oisiens

  3. Théofrède dit :

    vous faites à cet évêque un très mauvais procés
    son intervention sur la pédophilie, même maladroite, était parfaitement orthodoxe : je ne sais au nom de quelle tradition on peut confondre péché et tentation comme l’ont fait à cette occasion les “tradi”
    seraient-ils à ce point contaminés par la nouvelle traduction du Pater ?

  4. Sami dit :

    Quelle responsabilité pour un évêque !
    Surtout si le prêtre nie les faits .
    Je ne jetterai pas la pierre à Mgr Lalannes. Il a agi avec prudence et humanité.
    Quant à l’accusation pour des faits non dénoncés jusqu’ici et qui sont vieux de 36 ans , c’est la parole du prêtre contre la parole de l’accusatrice. On peut être un prêtre pédophile, mais un prêtre menteur, non!
    C’est pourquoi Mgr Lalanne a fait crédit au P.Lucas sur ce cas .
    Le P. Lucas aurait il trahi sciemment cette confiance ?
    La faute n’est pas à mettre sur le dos de son évêque , même s’il l’endosse à l’exemple du Christ.
    Mais pour l’instant, il n’est pas prouvé que l’accusation soit fondée.
    En attendant, je fais confiance à l’Eglise et à ses cadres.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »