En Une

La guerre liturgique se réveille en France

Commentaires (9)
  1. C dit :

    Il me semble (à confirmer) que Pierre Chaunu catholique s’est converti au protestantisme au moment de son mariage (sa femme était protestante). Son analyse sur le clergé des années soixante dix est évidemment et malheureusement très exacte, mais ces prêtres avaient eu des maîtres dans les séminaires qui avaient, eux, fait leurs études avant Vatican II !
    Et aujourd’hui combien de prêtres sortis des séminaires diocésains et qui ont moins de 45 ans, ont fait du latin au séminaire et même dans le secondaire.
    Déjà au début du XXème Léon Bloy faisait remarquer que la République s’attaquait au latin pour mieux détruire l’Eglise !!!

  2. Jacquesjacques dit :

    La bienveillance de François pour la Fraternité Saint Pie X est celle du loup pour le petit Chaperon rouge.
    La niaiserie de Monseigneur Fellay est aussi celle du petit chaperon rouge.
    Oui , il s’agit bien d’une guerre, le mot est juste, une guerre à mort , commencée par les grands prêtres qui ont fait condamner Jésus à la Croix.
    A savoir : le premier écrit de Bergoglio entant que pape, était destiné au rabbin de Rome, pour lui annoncer son élection.
    Autrement dit : “tu peut être rassuré,c’est moi qui ai la place, Dieu tient ses promesse, vous dirigerez le monde. je ferai selon vos désirs, la religion commune pour votre domination ”
    Heureusement, malgré tous les efforts de Satan , ce sera Jésus qui gagnera et sa victoire n’en sera que plus grande, et totale.
    Prions pour le Christ Roi.
    Visitez http://www.francefidele.org/

  3. EFFAIGE dit :

    Une seule solution !!
    Monter GARDE, JOURS et NUITS, comme au bon vieux temps !!!!!

  4. Laurentie dit :

    Si pour moi le rite tridentin me parait un peu obtu et difficile à suivre, rien ne me dérange que ceux qui l’apprécient le défende. Je reconnais facilement que la grande majorité des prêtres qui célèbrent, soi disant, selon le rite Vatican II font des erreurs, des ajouts, des suppressions selon leur humeur du moment, les laisser- faire épiscopaux, les désidératas de laïcs”engagés” mais absolument pas formés à la liturgie ni du reste au cathéchisme qui est bien volatil!
    Il existe malgrés tout des prêtres conscient de l’importance d’une liturgie soignée, qui ont appris à lire les textes du dernier concile, à ne pas les déformer, les “adapter aux fidèles du temps présent” soi disant incapables de comprendre une véritable liturgie.
    L’ Eglise a t-elle a s’adapter au temps ou a t-elle la vocation d’amener les hommes de notre temps au message éternel du Christ?

  5. DUFIT THIERRY dit :

    Le ver est dans le fruit. Le concile et ses mauvais textes qui ont laissé entrer le libéralisme dans l’Eglise n’ont pas fini de faires des ravages. On voit que le motu proprio de Benoit XVI -malgré tout le bien indéniable qu’il a fait- a ses limites. M Maugendre a entièrement raison de rappeler les fortes paroles des cardinaux Ottaviani et Bacci sur la nouvelle Messe.Tant que l’on continuera à s’attacher à ce concile, la crise ne fera que s’amplifier.

  6. T. dit :

    @C
    Oui, Pierre Chaunu était un catholique converti à la Réforme.
    http://reforme.net/une/societe/avait-conviction-religieuse-reformee

    Les faits rapportés dans cet article sont absolument consternants, épouvantables. Je n’en crois pas mes yeux.
    Je crois même que le jugement de Pierre Chaunu pèche par son indulgence, car ce que l’on devine paraît encore pis : c’est de la haine, c’est-à-dire le diable en personne…
    Le christianisme catholique traverse la plus grave de ses crises : il est face à sa disparition rapide en Occident, d’où une sorte d’excerbation des conflits comme ceux décrits dans l’article.

  7. Denis Merlin dit :

    Très bien le texte de monsieur Maugendre, mais au lieu de critiquer le missel du bienheureux Paul VI, il serait mieux d’insister sur cet aspect des choses:

    « Car il n’y a pas que la messe, il y a « tout ce qui va avec » : le catéchisme, les sacrements, les prédications, etc. Les parents sont comptables devant Dieu de la Foi qu’ils ont charge de transmettre à leurs enfants et de la dignité du culte qu’ils rendent à Dieu. Les enfants vont ainsi peut-être enfin comprendre que ce qu’ils croyaient un dû est un acquis toujours fragile. Les uns et les autres ne cesseront de lancer au ciel et aux hommes le cri trop ancien : Monseigneur laissez-nous prier comme nos pères ont prié ! Laissez-nous l’Écriture sainte, le catéchisme romain et la messe catholique ! Laissez-nous les prêtres en qui nous avons confiance ! Qui ont accompagné les dernières heures de nos parents, consolé nos pleurs, partagé nos joies ! »

    C’est donc de liberté qu’il s’agit, de liberté de l’homme, de liberté de la culture, de liberté religieuse que personne au monde, même le pape, ne peut bafouer. Utiliser ses pouvoirs pour bafouer la liberté de l’homme, c’est être un tyran. Et cela que l’on soit titulaire d’une autorité politique ou religieuse.

  8. Isambart Busquet dit :

    L’épitre de St-Paul aux Romains (8,18-23), de dimanche dernier de la messe traditionnelle, rappelle que : “les souffrances de cette terre sont sans proportion avec la gloire qui nous sera révélée”. Oui, nous aurons encore à souffrir pour notre Foi.
    La crise iconoclaste a duré 130 ans, de 711 à 842, avec excommunications, anathèmes, autodafés et persécutions au gré des Papes et des Empereurs. Elle fut inspirée par les juifs et les musulmans (Grabar, ch V). Ne nous faisons pas d’illusions : 50 années seulement nous séparent de Vatican II qui tente de fédérer dans une religion mondialiste toutes les religions en modifiant profondément le sens donné autrefois à l’oecuménisme et au dialogue interreligieux, en apportant des modifications au Dogme de la Sainte Eglise : mariage, communion, rôle des prêtres, sacrifice de la messe remplacé par une assemblée de prière, hérétiques glorifiés, comme Luther. Qui en bénéficient ? Les protestants, les juifs et les musulmans. Ceux qui s’attachent au Dogme doivent souffrir “Ad Majorem Dei Gloriam”. Mais tenir, tenir avec charité et constance dans la Foi.
    Vouloir rassembler toutes les religions c’est recréer la tour de Babel, c’est vouloir faire faire par les hommes ce que le Père attend de son Fils qui lui seul “reviendra dans la Gloire pour juger les vivants et les morts”.
    Préparons nous à souffrir encore 70 ans, au mieux … Mais ne refusons pas le combat, Dieu donnera la victoire.

  9. Avedikian joseph dit :

    Dans l’ Eglise comme dans la société civile on passe toujours d’ un excès à un autre excès.Ceux qui ont la soixantaine qu’ ont – ils connus? en liturgie pas grande beauté des chants, beaucoup de liberté ds les célébrations, comme si on pouvait s” approprier la Liturgie. Il faut beaucoup de pédagogie pour informer , instruire , les catholiques qui ont la soixantaine manquent de bases solides . Un vieux mais saint prêtre me disait : la Sainte messe n’ est pas un repas tapageux ou l’ on rigole mais bien le Sacrifice du Christ qui se renouvelle sous nos yeux. Quel que soit le rite adopté on ne peut s’ approcher ce Mystère qu’ avec beaucoup d’ amour et d’ humilité, et de respect . Le Christ seul est la Voie et la Vérité . puissions nous nous regarder les uns les autres avec les yeux de Jésus et nous aimer avec son Cœur . La souffrance de Jésus est augmentée par nos luttes intestines qui ne nous honorent pas.En cette Année de la Miséricorde , puissions – nous retrouver le sens Sacré pour devenir de vrais adorateurs en esprit et en vérité.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »