En Une

Étude chronologique – Rome et la Fraternité Saint-Pie X: petits pas vers une prélature personnelle

Commentaires (3)
  1. Henri dit :

    D’un côté ce rapprochement c’est bien mais de l’autre comment Mgr Fellay peut-il juger possible de dialoguer avec un chef de l’Eglise qui est en pleine hérésie, comme il l’a dit.

  2. Mireille dit :

    C’est vrai que c’est un peu étonnant, ce grand amour du pape François pour la FSSPX. Mais en y réfléchissant un peu, on en comprend vite les raisons. En fait, deux facteurs jouent en ce sens, et il n’y a rien de bon, ni dans l’un, ni dans l’autre.

    Premier facteur: cela sert la stratégie plus que progressiste d’Amoris laetitia etc.. Car en donnant l’impression de donner des gages aux traditionnalistes, on fait passer plus facilement des couleuvres radicalement contraires à la Tradition de l’Eglise depuis 2000ans, et à l’Ecriture elle-même, telles que la promotion, implicite mais manifeste, de l’idée qu’il serait possible dans certains cas de donner la communion à des personnes divorcées remariées y compris ne pratiquant pas la continence. Idée allant de pair avec la négation de la valeur universelle et objective des commandements pourtant si magnifiquement enseignée par Jean-Paul II dans Veritatis splendor.

    Deuxième facteur: un relativisme extrême, conduisant à ne plus voir aucun obstacle à pouvoir soutenir à la foie une chose et son contraire, du moment que l’obsession de la périphérie y trouve son compte. Ce qui fait que la stratégie ci-dessus est à peine forcée….

    Tout cela, assurément, est gravissime.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »