Summorum Pontificum

Brève: A propos d’Angoulême et de l’application du Motu Proprio

Article précédent
Pèlerinages en Terre-Sainte
Commentaires (3)
  1. Hervé Soulié dit :

    Ce lecteur tire la bonne conclusion de l’expérience qu’il vit dans le diocèse d’Angoulême.
    Il faut donner directement à des œuvres d’Eglise identifiées comme effectivement religieuses et catholiques.

  2. Chouan catho dit :

    Le diocèse d’Angoulême fut un diocèse sain jusqu’à la mort de Monseigneur Jean-Baptiste Mégnin (fils de savetier de Saint Plaisir -03-) le 9 mai 1965. La messe de funérailles fut célébrée dans une cathédrale archi-pleine et la présence de la quasi totalité des prêtres du diocèse par le Coadjuteur Monseigneur René Kérautret. Celui-ci avait participé à plusieurs sessions de Vatican II en particulier aux côtés de Mgr Marty (ce prêtre qui avait peut-être la foi qui déplace les montagnes mais pas celle qui arrête les autorails !).
    Monseigneur Kérautret, prêtre chaleureux par ailleurs, aura sans doute été débordé par les éléments progressistes qui se mirent en place avec les décisions frelatées du Concile interprétées par les divers mouvements d’Action catholique et dilution très protestante de l’autorité pyramidale : Monseigneur Kérautret, outre l’abandon de la soutane au profit du clergyman en 1964 – vite abandonné à son tour pour le complet veston – favorisa le “presbytérium” le partage presbytéral des décisions dans lesquels les moins scrupuleux s’affirmèrent et prirent la préséance. Les prêtres partent, les séminaristes fuient, le Petit séminaire de Richemont ferme.
    Monseigneur Kérautret, qui entre temps avait été affecté par un accident (renversé par une voiture et sa main gauche sérieusement handicapée) décida en 1975 de démissionner alors qu’il avait à peine 69 ans “je n’y comprends plus rien”. La dégringolade du diocèse va commencer avec Mgr Rol et s’accélérer avec Dagens qui s’occupera plus d’Académie et de grand monde que de son diocèse.
    Quant on voit la richesse du tissu ecclésiale (églises, chapelles, abbayes, prieurés) et ce qu’est devenu ce diocèse, c’est à pleurer. Notre Dame de Richemont, Notre Dame d’Obezine, au secours !

  3. Jacques dit :

    Oui, il ne faut pas se lasser de prier pour nos évêques, comme l’évangile nous fait un devoir de prier pour nos ennemis ! Et au lieu du denier du culte, il faut financer des œuvres vraiment chrétiennes : elles ne manquent pas heureusement !

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »