Perepiscopus

L’affaire du MRJC révèle l’idéologisation des fidèles de France

Commentaires (6)
  1. C.B. dit :

    Être “confrontés, comme tout un chacun aujourd’hui, à des situations de détresse” ne devrait pas, me semble-t-il, pour des catholiques, considérer que l’assassinat du plus faible de ces êtres en détresse puisse être considéré comme une solution envisageable.
    Retrousser ses manches, activer des réseaux, solliciter des aides, même ponctuelles, bref chercher un chemin au cas par cas est certainement plus fatigant, plus dévoreur de temps et d’énergie, mais aussi plus cohérent avec la foi chrétienne. Même si ce n’est pas idéologiquement conforme ni dans l’air du temps.
    Seigneur Jésus, apprenez-nous à être généreux, (…) à donner sans compter, à combattre sans souci des blessures, à travailler sans chercher le repos, à nous dépenser … (d’après Saint Ignace de Loyola)

  2. Arome dit :

    Il y a deux totems qu’il faut abattre à tout prix : la tolérance et le dialogue.

    La tolérance a été mise en scène depuis Cromwell : c’est une arme qui donne bonne conscience au bourreau et culpabilise la victime. Nous n’avons pas encore trouvé le contre-argument efficace.

    Le dialogue est une arme qui vise à la fois à camoufler le traître (comme un nuage d’encre de seiche) et à engluer le défenseur, sommer de démontrer l’évidence. Par exemple, qu’il faut un homme et une femme pour avoir un bébé. Pendant que le défenseur (qui veut rester tolérant) réécrit toute l’Encyclopédie en justifiant chaque article, l’attaquant passe à l’étape suivante de démolition en riant.

    Dans le cas du MRJC, les bons marxistes ont utilisé les deux arguments. Bien joué. Serons-nous aussi tenaces au service de Dieu qu’ils le sont au service de leur maître ?

    Un malabar à qui trouve les arguments pour abattre les totems. Attention, pour être efficace, le contre-poison doit être aussi simple, facile à comprendre, court et incontestable que le totem à abattre. Le concours est ouvert.

  3. Hervé Soulié dit :

    Wintzer veut donc “une liberté de ton” ?
    Nous, noua avons une liberté de don.
    Pas un sou de denier pour ce traître mitré !

    1. Etienne dit :

      Excellente réaction.
      Que ce marxiste mondain aille solliciter ses amis.

  4. Denis Vallier dit :

    Le MRJC est l’héritier de la JAC (jeunesse agricole chrétienne) et non de la JOC. La JAC a joué un rôle premier dans l’évolution de l’agriculture et des campagnes française au XX ” ème siècle.

    Pour les financements de ces mouvements par l’organe central de l’épiscopat, les choses ont été bien dites dans la thèse de doctorat d’histoire de Ludovic Laloux “l’apostolat des laïcs après Vatican deux” qui a fait l’objet d’une publication (chez Tequi, je crois) vers l’an 2000. La thèse vaut surtout par les faits cités et vérifiés notamment sur les budgets des mouvements d,Action Catholique par rapport aux divers mouvements émergeants.

  5. Jourdain dit :

    le sang et l’eau sortant de la poitrine du Christ, n’est ce pas suffisant comme contre argument

    l’avortement était aussi le problème du Seigneur !

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »