En Une

Discours de Mgr Pontier devant Emmanuel Macron

Commentaires (18)
  1. henri dit :

    Un très grand merci et un très grand Bravo à Mgr Pontier pour ce qu’il a dit au sujet de la famille et de la PMA sans père (sans nommer la chose exactement, mais son propos n’en était pas moins parfaitement clair), que je reproduis ci-après:.

    “Les français plébiscitent la famille parmi les réalités qui leur paraissent essentielles. Leur désir est de former une famille unie, porteuse d’amour et d’affection. Faut-il aujourd’hui permettre que la loi prive des enfants de père ? Cette reconnaissance produirait une inégalité entre les enfants, ouvrirait un grand risque de marchandisation du corps et remettrait en cause le critère thérapeutique actuel, garant que ne se forme pas un grand marché de la procréation. Accueillir une situation quand elle existe n’est pas l’organiser”
    .
    Je craignais, en abordant la lecture du discours, de voir abordée la question de la bioéthique essentiellement sous l’angle de la défense de la vie, certes également essentiel, mais sans que soit guère abordée l’affaire de la PMA sans père. Je le craignais, car dans d’autres discours, j’avais observé ce déséquilibre, et j’avais tenu un propos virulent pour dire que cela était de très grande gravité car défendre un sujet sans défendre l’autre donne à penser a contrario que le thème de la PMA sans père n’est pas jugé si grave.

    J’avais été jusqu’à dire que si donc l’Eglise ne mettait pas son poids également sur ce dernier thème, elle prendrait une très grave responsabilité, car le Président Macron étant soucieux de ne pas introduire de trop graves remous dans l’opinion sur le sujet, on pouvait pronostiquer qu’il ne ferait pas ou qu’il ferait la PMA sans père selon qu’il sentirait que l’Eglise, dont il ne peut quand même ignorer l’influence ni, malgré tout, l’expertise en humanité, y attache beaucoup d’importance ou non.

    Là le président Pontier manifeste clairement qu’il y attache de l’importance. Si l’Eglise qui est en France continue ainsi, cette injustice et cette folie de la privation de père ne se produira pas.. La bonne direction est prise. Il ne faut pas manquer maintenant d’aller jusqu’au bout ainsi. On peut compter sur Mgr Aupetit, qui va faire cinq conférences dans des paroisses parisiennes sur la bioéthique, pour poursuivre dans la même voie. Le document établi par le diocèse de Paris et diffusé dans les paroisses met d’ailleurs bien en évidence cette gravité de la question de la privation de père.

  2. Antoine de Lisbonne dit :

    Beau comme un camion !

  3. betsynette dit :

    Bravo Monseigneur sur ce discours, mais pensez une seule chose, ce président se sert des mots, mais ce ne sont que …..des paroles…..qui ne servent qu’à tromper…..mensonges….. à chaque fois que cet homme ouvre la bouche, comment pouvez vous croire en cela.

  4. Jean-Claude Chevalier dit :

    Le président veut que les catholiques s’engagent… d’accord !

    Versdemain.org

  5. Paul CLAUDE dit :

    Monsieur le Président,
    Nous avons nous, en tant qu’Evêques à diriger au sein de l’Eglise, tous les hommes vers leur destinée éternelle. Croire en Dieu est l’unique chose nécessaire et les conditions matérielles et politiques dont vous avez la responsabilité doivent concourir à cette conquête du bonheur dans l’au-delà auquel tous sont conviés.
    La France a un rôle premier dans le monde par sa vocation de “Fille aînée de l’Eglise” que vous pouvez contribuer, Monsieur le président à rendre effective. Personne ne pourra échapper au jugement de Dieu, infiniment bon, mais aussi infiniment juste.
    Notre souhait est que vous y réfléchissiez, car quel qu’en soit le prix, la victoire est assurée à ceux qui jusqu’à la fin seront fidèles à Dieu, à ses commandements …..
    “Ceux qui croient et seront baptisés seront sauvés; ceux qui ne croiront pas seront condamnés”. Arnaud Beltrame est de la trempe de ceux qui croient EFFECTIVEMENT. Voilà à qui vous avez à faire Monsieur le président. La force est ailleurs que dans les principes républicains et les affirmations trompeuses. “La vérité vous rendra libre” Voilà la nôtre exprimée, et vous êtes invité, Monsieur le président à y contribuer par le pouvoir et l’autorité dont vous êtes investi, qui viennent d’en haut et dont vous aurez, comme nous, à répondre.
    Soyez assuré de nos prières et de notre considération pour tout le positif qu’à l’avenir vous serez amené à édifier dans tous les domaines de cette vie ici-bas, ce qui est d’une importance capitale
    pour le monde et sa survie actuellement SURTOUT..
    APPLAUDISSEMENTS FRENETIQUES ET PROLONGES AVEC RAPPELS.

  6. hermeneias dit :

    Le banquier président , habile ou se croyant habile , veut récupérer les catholiques avec un peu de pommade .

    La Vérité nous rendra libre …. Ne vous fatiguez pas Mr Macron nous verrons …..Et messieurs les évêques ne servez pas de faire valoir à ce ….président très imbu de lui même et qui commence à sentir le vent du boulet

  7. HenriEtienne dit :

    La J’entends les recommandations que formulent les instances catholiques, les associations catholiques, mais là encore, certains principes énoncés par l’Eglise sont confrontés à des réalités contradictoires et complexes qui traversent les catholiques eux-mêmes ; tous les jours, tous les jours les mêmes associations catholiques et les prêtres accompagnent des familles monoparentales, des familles divorcées, des familles homosexuelles, des familles recourant à l’avortement, à la fécondation in vitro, à la PMA , des familles confrontées à l’état végétatif d’un des leurs, des familles où l’un croit et l’autre non, apportant dans la famille la déchirure des choix spirituels et moraux, et cela je le sais, c’est votre quotidien aussi.
    L’Eglise accompagne inlassablement ces situations délicates et tente de concilier ces principes et le réel. C’est pourquoi je ne suis pas en train de dire que l’expérience du réel défait ou invalide les positions adoptées par l’église ; je dis simplement que là aussi il faut trouver la limite car la société est ouverte à tous les possibles, mais la manipulation et la fabrication du vivant ne peuvent s’étendre à l’infini sans remettre en cause l’idée même de l’homme et de la vie.
    Ainsi le politique et l’Eglise partagent cette mission de mettre les mains dans la glaise du réel, de se
    confronter tous les jours à ce que le temporel a, si j’ose dire, de plus temporel.
    Et c’est souvent dur, compliqué, et exigeant et imparfait. Et les solutions ne viennent pas d’elles-mêmes. Elles naissent de l’articulation entre ce réel et une pensée, un système de valeur, une conception du monde. Elles sont bien souvent le choix du moindre mal, toujours précaire et cela aussi est exigeant et difficile.
    C’est pourquoi en écoutant l’Eglise sur ces sujets, nous ne haussons pas les épaules. Nous écoutons une voix qui tire sa force du réel et sa clarté d’une pensée où la raison dialogue avec une conception transcendante de l’homme. Nous l’écoutons avec intérêt, avec respect et même nous pouvons faire nôtres nombre de ses points. Mais cette voix de l’Eglise, nous savons au fond vous et moi qu’elle ne peut être injonctive. Parce qu’elle est faite de l’humilité de ceux qui pétrissent le temporel. Elle ne peut dès lors être que questionnante. Et sur tous ces sujets et en particulier sur ces deux sujets que je viens d’évoquer, parce qu’ils se construisent en profondeur dans ces tensions éthiques entre nos principes, parfois nos idéaux et le réel, nous sommes ramenés à l’humilité profonde de notre condition.

    1. hermeneias dit :

      Allons “HenriEtienne” allons allons
      ne vous fatiguez pas , trêve de dialectique spécieuse entre des “principes”, une “pensée” ( sous-entendu figée et a priori ) et un “réel” qu’il faudrait prendre en bloc sans y appliquer son intelligence et la recherche du Vrai et du Bien .
      Epargnez nous la non pensée et l’anti-éthique des sable-mouvants de la “complexité” alibi de la confusion …..
      Epargnez nous une soi-disant “humilité” , celle ci ne se porte pas à la boutonnière , qui masque mal un cynisme sans fond .

      Au fait , vous utilisez la 1ere personne du pluriel , au nom de qui parlez vous ?
      Le Christ qui est Vrai , sans détours ni contorsions , s’adresse à chacun en particulier et attend une réponse PERSONNELLE ….. Parlez vous à titre personnel ?

  8. Henri dit :

    Je redis que le discours de Mgr Pontier sur la PMA sans père est clair et juste, et qu’il est ainsi à saluer, mais alors que la vérité ainsi exprimée est complètement évidente, et impossible à contrer autrement que de manière malhonnête et/ou déraisonnable, Macron n’en cherche pas moins à la contrer dans son discours en réponse, par des SOPHISMES. C’était prévisible. C’est dans la suite que cela va se jouer.

    Ou l’Eglise reste jusqu’au bout dans l’affirmation de la vérité, à savoir qu’il n’est pas acceptable de priver délibérément des enfants de père, ou elle arrête de la dire clairement. Dans le premier cas, Macron sera très gêné pour aller jusqu’au bout, car si l’Eglise rappelle cette évidence, il lui sera impossible de dire qu’il fait sa réforme dans un climat à peu près consensuel. Dans le second cas, elle aura déroulé un tapis rouge sous les pas de ce projet indigne, car qui ne dit mot consent, surtout après s’être vu donner par Macron la possibilité d’un débat, avoir commencé de dire la vérité, puis s’être tu, manière d’accepter finalement.

    Mais voyons donc la réponse de Macron:

    “J’entends les recommandations que formulent les instances catholiques, les associations catholiques, mais là encore, certains principes énoncés par l’Eglise sont confrontés à des réalités contradictoires et complexes qui traversent les catholiques eux-mêmes ; tous les jours, tous les jours les mêmes associations catholiques et les prêtres accompagnent des familles monoparentales, des familles divorcées, des familles homosexuelles, des familles recourant à l’avortement, à la fécondation in vitro, à la PMA , des familles confrontées à l’état végétatif d’un des leurs, des familles où l’un croit et l’autre non, apportant dans la famille la déchirure des choix spirituels et moraux, et cela je le sais, c’est votre quotidien aussi.
    L’Eglise accompagne inlassablement ces situations délicates et tente de concilier ces principes et le réel. C’est pourquoi je ne suis pas en train de dire que l’expérience du réel défait ou invalide les positions adoptées par l’église ; je dis simplement que là aussi il faut trouver la limite car la société est ouverte à tous les possibles, mais la manipulation et la fabrication du vivant ne peuvent s’étendre à l’infini sans remettre en cause l’idée même de l’homme et de la vie.
    Ainsi le politique et l’Eglise partagent cette mission de mettre les mains dans la glaise du réel, de se
    confronter tous les jours à ce que le temporel a, si j’ose dire, de plus temporel.
    Et c’est souvent dur, compliqué, et exigeant et imparfait. Et les solutions ne viennent pas d’elles-mêmes. Elles naissent de l’articulation entre ce réel et une pensée, un système de valeur, une conception du monde. Elles sont bien souvent le choix du moindre mal, toujours précaire et cela aussi est exigeant et difficile.
    C’est pourquoi en écoutant l’Eglise sur ces sujets, nous ne haussons pas les épaules. Nous écoutons une voix qui tire sa force du réel et sa clarté d’une pensée où la raison dialogue avec une conception transcendante de l’homme. Nous l’écoutons avec intérêt, avec respect et même nous pouvons faire nôtres nombre de ses points. Mais cette voix de l’Eglise, nous savons au fond vous et moi qu’elle ne peut être injonctive. Parce qu’elle est faite de l’humilité de ceux qui pétrissent le temporel. Elle ne peut dès lors être que questionnante. Et sur tous ces sujets et en particulier sur ces deux sujets que je viens d’évoquer, parce qu’ils se construisent en profondeur dans ces tensions éthiques entre nos principes, parfois nos idéaux et le réel, nous sommes ramenés à l’humilité profonde de notre condition”.

    Le SOPHISME est partout. Relevons trois points :

    -une chose est d’aider les personnes ou les familles qui sont dans des situations difficiles, ce qu’il faut faire en effet, et ce que fait l’Eglise, et l’Etat dans ses actions sociales, autre chose est de créer volontairement de telles situations. Les deux attitudes se contredisent même.

    – On nous dit:”Et les solutions ne viennent pas d’elles-mêmes. Elles naissent de l’articulation entre ce réel et une pensée, un système de valeur, une conception du monde. Elles sont bien souvent le choix du moindre mal, toujours précaire et cela aussi est exigeant et difficile.” Mais sur la question de la PMA sans père, les choses sont toutes simples: il suffit de ne pas faire le choix indigne de priver délibérément des enfants de père.

    -On nous dit:”Mais cette voix de l’Eglise, nous savons au fond, vous et moi, ’elle ne peut être injonctive. Parce qu’elle est faite de l’humilité de ceux qui pétrissent le temporel. Elle ne peut dès lors être que questionnante.” Ainsi donc, Macron enjoint à Eglise de se tenir dans l’humilité et dans le questionnement autrement dit de se garder de toute certitude mais quelle honte car justement, il y a là une certitude, c’est qu’on ne peut honnêtement priver délibérément un enfant de père sans tomber dans l’indignité.

    L’Eglise se laissera-t-elle prendre à ces SOPHISMES qui tendent à une fin indigne? On peut quand même avoir l’espoir que non. Pour l’instant, rendons hommage à la clairvoyance et au courage du discours de Mgr Pontier. Macron sans doute, ne s’y attendait pas, et il a réagi vite, en maintenant, pour l’instant, sa position sous le paravent des sophismes.

  9. Cril17 dit :

    Perpignan : une femme de 61 ans condamnée pour avoir agressé des femmes voilées devant l’école

    http://www.fdesouche.com/985353-perpignan-condamnee-pour-avoir-agresse-des-femmes-voilees-devant-lecole

    Une habitante du quartier Saint-Jacques à Perpignan a été condamnée ce lundi par le tribunal correctionnel de Perpignan pour violences et injures à caractère racial sur des femmes voilées devant l’école de leurs enfants

    …/…

    Elle a été condamnée à 4 mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve, dont l’obligation de soins et l’interdiction d’approcher l’établissement scolaire.
    http://www.lindependant.fr

    ====
    Grâce à la nouvelle alliance entre l’Eglise et l’Etat, cette femme peut peut-être espérer avoir un cours de catéchisme de rattrapage, au titre de l’obligation de soins à laquelle elle a été condamnée par le Tribunal correctionnel ? …

    1. emilie dit :

      On ne sait si cette femme a “discuté” avec des femmes voilées complètement. Il faut avouer que l’on peut quand même faire une réflexion sur la tenue de ces femmes en noir, les messieurs de ces dames ne se gênent pas lorsqu’il s’agit de jeter des injures sur celles qui portent la mini jupe.
      En venir à condamner cette femme ainsi, c’est scandaleux.
      Voilà comment on fait taire les français : en les condamnant dès qu’ils se rebiffent !

  10. Eve dit :

    Le jour de ce discours, ce jour de L’ Annonciation (le 09 avril ) pour cette année 2018, l’Eglise célèbre la Fête du grand Mystère de l’ Incarnation.
    L’ Eglise a toujours demandé de respecter Mystère et de ne pas inventer
    ce que nous sommes incapables de comprendre.
    De même, la vie donnée par Dieu à chaque être vivant est un mystère.
    Du non respect de cette vie et de son mystère, il ne résulte que des actes
    hors respect des Commandements de Dieu, comme l’avortement.
    Et de là jaillissent les idées pseudo-scientifiques de fécondation in-vitro,
    puis de congélation des embryons surnuméraires, puis de “dons ” contre-nature de sperme, congélation, location de ventres… enfants sans père.
    Qu’est-ce qui arrêtera cette folie de manipulations diaboliques ?

  11. gia dit :

    blablabla migrants….blablabla république… blablabla écologie… blablabla islam.

  12. PhilNeri dit :

    Merci Monseigneur d’avoir dit l’essentiel de ce que l’Eglise avait à dire à la société française sur les grands sujets du moment devant le Président de la République. On ne pourra plus dire que l’Eglise s’est tue.

  13. PhilNeri dit :

    Merci Monseigneur d’avoir dit l’essentiel de ce que l’Eglise avait à dire à la société française sur les grands sujets du moment devant le Président de la République. On ne pourra plus dire que l’Eglise s’est tue.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Traduire le site »