Notre Église appelée à la sainteté reste belle malgré tout

Download PDF

Message de Mgr Thierry Scherrer, évêque de Laval :

L’actualité de notre Église a été assombrie ces derniers temps par des révélations d’abus sexuels sur mineurs survenus dans les communautés chrétiennes de Pennsylvanie qui ont provoqué à l’échelle du monde une onde de choc, un effet de sidération.  Face à l’ampleur et la gravité des crimes commis, le Pape François a jugé nécessaire de s’adresser à l’ensemble du Peuple de Dieu au moyen d’une lettre publiée le 20 août dernier.

Accueillir
Le Pape se tourne en premier lieu vers les victimes de ces abus dont les « blessures sont imprescriptibles ». Il nous invite à les accueillir avec compassion et à ne rien négliger pour que leurs souffrances soient écoutées et prises en compte. « La douleur des victimes et de leurs familles est aussi notre douleur ». Comme évêque, je me suis engagé à recevoir personnellement les victimes qui se déclareraient et à tout mettre en œuvre pour que la Justice puisse faire son travail en vérité. Conformément aux directives de la Conférence des évêques de France, une cellule d’accueil et d’écoute a été mise en place pour les cinq départements ligériens. Cette cellule est joignable à l’adresse mail : parolesdevictimespaysdelaloire@gmail.com

Agir
Dans sa lettre, le Pape François en appelle à une réponse « globale et communautaire » qui mobilise toutes les composantes de la pastorale de nos diocèses. Il nous encourage à poursuivre sans relâche les efforts qui ont déjà été engagés en matière de prévention et d’action. S’il est important de dénoncer les crimes passés tout autant que la volonté de les taire, il est plus impérieux encore de continuer à mettre tout en œuvre pour que de telles atrocités ne puissent plus se reproduire. Ce sont des initiatives collectives et solidaires qui « aideront à garantir une plus grande culture de la protection pour le présent et l’avenir ». À cette fin, il importe que « chaque baptisé se sente engagé dans la transformation ecclésiale et sociale dont nous avons tous besoin ». Le pape François en appelle à une « conversion de l’agir ecclésial » en pointant très fort le « cléricalisme » qu’il définit comme « une manière déviante de concevoir l’autorité de l’Église » propice à entraîner des abus d’ordre sexuel, de pouvoir et de conscience. Très concrètement, dans notre diocèse, il importe que cette vigilance nous habite dans tout ce que nous entreprenons et mettons en place.

Prier
Le Pape François nous invite enfin à « l’exercice pénitentiel de la prière et du jeûne » dans un souci de réparation et de purification mais, plus largement, pour la transformation missionnaire de nos communautés. Je vous demande, avec lui, de saisir l’opportunité de la célébration de la Croix glorieuse et de Notre-Dame des Douleurs pour manifester notre désir collectif de conversion. Je le crois très profondément : une Église du jeûne est une Église qui jeûne régulièrement. Chacun, en particulier les pasteurs et les équipes pastorales œuvrant à leurs côtés dans chaque paroisse, discernera la meilleure manière d’agir en ce sens.

Notre Église souffre avec tous ceux qui souffrent des crimes perpétrés en son sein. Notre Église appelée à la sainteté reste belle malgré tout. Belle de la fidélité de tant de chrétiens de par le monde, soucieux de faire croître en eux la grâce de leur baptême. Belle du pardon célébré et reçu qui remet debout et redonne l’espérance. Belle de tous ces prêtres qui se donnent sans compter au service de tous par leur consécration sacerdotale. A tous et à chacun de vous, je voudrais redire mon estime et ma reconnaissance.