Bono rencontre le pape…

Download PDF

Bono, le chanteur du groupe U2, a été reçu en audience privée par le pape François hier, mercredi 19 septembre. Quel intérêt qu’une telle information, pourriez-vous demander… Il y en un et pas des moindres. La star a abordé devant le pape le scandale des abus sexuels du clergé irlandais – Bono est né à Dublin en 1960 –, et a dit avoir pu constater « la douleur » sur son visage : « J’ai eu le sentiment qu’il était sincère et je pense que c’est un homme extraordinaire pour une époque extraordinaire ». Exercice de com réussi donc pour le pape. Sauf qu’un autre sujet de discussion ne semble par avoir été abordé lors de cette audience : celui de l’avortement en Irlande et du rejet par référendum de la clause de la Constitution du pays qui protégeait l’enfant à naître. Or Bono et son groupe ont publiquement et véhémentement soutenu l’abrogation et promu l’inexistant droit à l’avortement. Bono a de la compassion pour les victimes des abus sexuels – ce qu’on portera à son crédit – mais aucune pour les enfants avortés… Personne n’osera prétendre que le pape François est favorable à l’avortement, mais personne ne pourra nous empêcher de nous interroger sur l’opportunité pour le Souverain Pontife de recevoir sans sourciller une célébrité qui se trouve être aussi un ardent promoteur de la culture de mort. À supposer que le pape François eût osé aborder devant son hôte le respect absolu que l’on doit à la vie à naître, il est assuré que Bono l’aurait trouvé moins « extraordinaire ». Partant, l’exercice de com aurait été moins réussi, mais la doctrine catholique réaffirmée par celui qui en est le premier garant. Dommage.

10 comments

  1. Pendant ce temps, les deux cardinaux survivants signataires de la lettre dite des “dubia”, Mgr Burke et Mgr Brandmüller attendent toujours une réponse à ladite lettre et à leur demande d’audience au du Souverain Pontife.
    Tandis que les fidèles catholiques du monde entier espèrent une justification du Pape concernant les sérieuses accusations lancées contre de nombreux cardinaux et évêques et contre lui-même par Mgr Vigano à la suite du grave scandale homosexuel en cours aux USA (et ailleurs).
    Il est vrai que recevoir Bono du goupe U2, ardent promoteur de l’avortement en Irlande, était une urgence absolue pour le Pape. Le reste peut attendre…

  2. Madelaine

    Bono, c’est quoi son rôle exactement ? Il a rencontré récemment Emmanuel Macron à l’Elysée ?!? Comme Rihanna, encore un “simple” chanteur à qui est conféré autant de poids qu’un Chef d’Etat… très étrange.

  3. Pourtallier

    De ne pas comdamner et sanctionner
    Equivaut a penser que le pape protege les responsables. Cela amenera le risque d une defiance du peuple fidele
    Et l unité de l eglise . Avant la ressurection l eglise vit et va vivre sa passion comme le Christ.

  4. Sur la photo prise au cours de la réunion avec les évêques américains sur le scandale des abus sexuels aux USA il n’a pas l’air de souffrir du tout ; on peut même dire qu’il a l’air de bien “se marrer” ….

    Donc les abus sexuels aux USA c’est drôle mais en Irlande non ?

    Indécent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *