Papal Foundation : révélations sur la mafia ecclésiastique aux manettes…

Download PDF

L’excellent blogue Benoît-et-moi vient de publier la traduction d’un article de grand intérêt de Matthew O’Brien paru dans First Things du 28 septembre. L’article est très long : nous renvoyons donc nos lecteurs à Benoît-et-moi pour le lire intégralement. Les extraits qui suivent mettent en lumière les inclinations sexuelles de dirigeants ecclésiastiques de la Papal Foundation (voyez notre précédent article sur cette fondation…).

*

[…] Aucun prélat n’a été plus régulièrement et intimement impliqué dans la Papal Foundation que McCarrick, qui a contribué à fonder l’association en 1988 aux côtés des cardinaux Krol de Philadelphie et O’Connor de New York. Le président actuel du conseil de contrôle des cardinaux est le cardinal Wuerl, successeur de McCarrick comme archevêque de Washington. Avant d’être élevé au cardinalat et de déménager à Rome, Kevin Farrell, alors évêque, protégé de McCarrick et son ex-colocataire à Washington, était membre du conseil d’administration de la Papal Foundation. Le président actuel du conseil des cardinaux est un autre protégé de McCarrick, l’évêque Michael Bransfield.

McCarrick a consacré Bransfield comme évêque. Avant que Bransfield ne devienne évêque, il a été recteur du sanctuaire national de l’Immaculée-Conception à Washington pendant le mandat de McCarrick à ce siège. Depuis la création de la Papal Foundation jusqu’à la création de McCarrick en tant que cardinal en 2001, McCarrick lui-même a occupé le poste qu’occupe aujourd’hui Bransfield.

Comme McCarrick, Bransfield est accusé d’abus sexuel. Sa récente démission du diocèse de Wheeling-Charleston a été annoncée le 13 septembre 2018, au moment même où le Saint-Siège annonçait la tenue d’une enquête spéciale sur Bransfield pour abus sexuel d’adultes. Avant l’annonce de l’enquête, Bransfield avait été poursuivi pendant des années par des accusations d’abus sexuels et de complicité présumée dans des viols et des agressions commis par des amis prêtres dans sa ville natale de Philadelphie.

Le premier directeur exécutif de la Papal Foundation, qui a été en fonction de 1988 à 2001, était un prêtre nommé Monseigneur Thomas Benestad. Benestad, qui a pris une retraite anticipée de son diocèse d’Allentown et qui vit maintenant à Boca Raton, en Floride, est accusé dans le rapport du Grand Jury de Pennsylvanie d’avoir agressé sexuellement un garçon pendant des années au début des années 1980, alors que celui-ci avait 9 ans.
Selon le rapport, les responsables de l’application des lois de Pennsylvanie ont déterminé que les accusations contre Benestad étaient crédibles, mais ils ont refusé de porter plainte parce qu’en 2011, le délai de prescription de l’État pour les crimes présumés avait expiré. À l’époque, le diocèse d’Allentown a transmis le cas de Benestad au Vatican, et le Vatican a rétabli ses facultés sacerdotales en 2014, bien que le diocèse de Palm Beach, où il vit actuellement, ait toujours refusé de l’autoriser à y célébrer les sacrements.

Benestad, Bransfield et McCarrick ont été trois des dirigeants ecclésiastiques les plus importants de la Papal Foundation, et tous font face à de graves accusations d’abus sexuels. Certaines de ces accusations étaient amplement connues depuis des décennies, mais elles n’ont pas empêché les hommes de s’élever d’un poste ecclésiastique à l’autre. Ces hommes ont-ils utilisé le pouvoir d’octroi de subventions de la Papal Foundation pour obtenir des faveurs et acheter la protection des autorités du Vatican? Ont-ils permis le détournement des subventions de bienfaisance de la Fondation? La seule façon de répondre à ces questions est de mener une enquête indépendante sur la Papal Foundation et d’établir un rapport juridique sur les subventions passées […] Aucune permission de Rome n’est nécessaire. Le conseil d’administration de la fondation peut commander une enquête par un simple vote. Si la fondation n’autorise pas sa propre enquête indépendante, elle pourrait néanmoins se trouver confrontée à une enquête de la part des autorités étatiques ou fédérales.

*

Le conseil d’administration de la Papal Foundation entamera-t-il l’enquête indispensable sur ce scandale ? On peut avoir des doutes…

12 comments

  1. Paul Scott

    Je suis atterré à force de voir tous les jours des ecclésiastiques mêlés à ces sordides affaires , à croire que certains d’entre eux n’ont prononcé des voeux que pour avoir accès à l’Eglise et à la détruire de l’intérieur.
    Cela ne changera rien en ce qui concerne ma Foi , par contre j’ai “déménagé” à la FSSPX depuis l’année dernière et m’en trouve fort bien… l’avenir de l’Eglise est là même s’il s’agit de repartir sur des bases plus étroites , car Dieu ne permettra pas que son Eglise disparaisse.

    • La mafia homosexuelle américaine a donc toujours la main sur le robinet à finances de la Papal Foundation qui arrose généreusement un Vatican toujours à court d’argent, bien que Mac Carrick s’en soit retiré.
      Pourquoi le Pape n’a-t-il pas viré l’actuel président manifestement mouillé jusqu’aux oreilles dans le scandale en cours? Quand on voit comment le Grand Maître de l’Ordre de Malte, Fra’ Festing, a été sans ménagement démis sur le champ de ses fonctions par François alors qu’il n’avait pas la moindre peccadille à se reprocher, on peut légitimement se poser la question, car cela aurait permis de cesser un chantage voilé depuis que Mc Carrick a créé cet organisme.
      Les rigueurs du Souverain Pontife sont à géométrie variable. Il semble rester toujours très bienveillant envers le gay ecclesiastical lobby malgré les horreurs étalées tous les jours à la une de la presse.
      Par contre les clercs et fidèles catholiques orthodoxes et traditionalistes sont en permanence dans la ligne de mire.

  2. Lorsque le Pape fut élu, il a abandonné son saint patron Georges (saint Georges combatif terrassant le dragon) pour celui de François (François d’Assises fondateur de l’ordre des Franciscains pour lutter contre les puissances d’argent et prônant une vie de pauvreté)
    Et maintenant, il apparaît qu’il ferme les yeux sur les scandales sexuels en échange des millions de la Papale Fondation. Et il reste crédible….

  3. Isambart

    Si Jésus revenait au Vatican, ne traiterait-il pas certains de nos prélats progressistes d’hypocrites comme pour les Pharisiens et ne constituerait-il pas un fouet avec des cordes pour chasser les “marchands” du Vatican qui s’enrichissent avec la Papal Foundation ou Maciel ou la Banque du Vatican ?
    Le résultat de l’ “ouverture au Monde”, le voilà !
    Quand donc les Catholiques se rendront-ils compte qu’ils ont été floués depuis la mort de Pie XII ?
    Benoît XVI nous a demandé de le protéger des “loups”. Ceux-ci ont eu sa peau.
    Ces prélats ont-ils perdu la Foi ? Ou sont-ils des infiltrés de la franc-maçonnerie pour détruire l’Eglise ?
    Les prélats qui ont détruits les Franciscains de l’Immaculée et qui s’acharnent contre les Petites Soeurs de St-Aignan sur Roë sont-ils catholiques ? Mais ils sont évêques, cardinaux …
    Prions pour l’Eglise et faisons Pénitence !

    • Etienne

      Pourquoi voulez-vous, Isambart, que le chrétien du fond des rangs fasse pénitence ?
      Pour avoir été trompé par des dévergondés et des mercantis… Montrez-nous, s’il vous plaît, le commandement de Dieu ou de l’Eglise qui prévoit ça.

      • Etienne, pensez qu’il y a des milliers de moines et de religieuses qui prient et font pénitence tous les jours pour les péchés de toute l’humanité et aussi ceux des membres de l’Eglise Catholique, dans lesquels ils et elles n’ont aucune responsabilité.
        Ce n’est qu’à cette condition que Dieu viendra à l’aide de son Eglise et la sortira de l’abîme de corruption, d’hérésies, de blasphèmes, de sacrilèges et de scandales dans laquelle elle se trouve plongée actuellement.
        Nous laïques devons aussi en prendre notre part.
        “Père Eternel, je vous offre le Corps et le Sang, l’Ame et la Divinité de votre Fils bien-aimé notre Seigneur Jésus Christ, pour tous nos péchés et pour ceux du monde entier. Par sa très douloureuse Passion, ayez pitié de nous;”

  4. Pingback: Abus sexuel aux Etats-Unis, un moyen de pression sur la Fondation Pontificale qui gère des fonds privés ? | Histoire et Mémoire

  5. Frankie

    @Etienne

    Ce n’est pas parce que certains hommes sont tombés qu’il ne faut pas demander pardon à leur place ! S’ils ne sont plus capables de discerner le bien du mal. C’est au fidèle de prier pour eux !

    Le Christ est outragé, il appartient à chacun de nous de demander pardon et de faire pénitence.

  6. Pingback: La mafia eclesiástica USA | Infovaticana Blogs

  7. Merci à R.C. pour ces nouvelles infos où l’on peut constater que les homosexuels ecclésiastiques ont cette supériorité sur leurs homologues laïques, c’est qu’ils peuvent se reproduire ! A chaque fois que Rome donne un tant soit peu de pouvoir à un membre de cette mafia infernale, on découvre dans son sillage une multitude de protégés affligés du même vice, second couteaux prédateurs au pedigree criminel déjà bien fourni, impatients de faire carrière eux aussi dans la hiérarchie catholique.
    Je conseille aux lecteurs de R.C.de lire le dernier article de ChuchMilitant qui n’est pas particulièrement optimiste sur la volonté du Pape et de son entourage de faire jaillir la vérité sur les crimes de Mac Carrick et de son organisation, si ce n’est pour se défausser de sa responsabilité sur ses prédécesseurs et en particulier Jean Paul II.
    https://www.churchmilitant.com/news/article/vatican-rigging-the-mccarrick-investigation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *